Connectez-vous S'inscrire
TapTapMag.com

Au lit avec un Palmarès


Notez
10 Janvier 2018



L’année s’en allait, plus confuse que lorsqu’elle se pointa. Du haut de mes 26 ans accompagnés d’une pincée de jours, je m’interrogeai ; mais rassurez-vous rien de métaphysique. J'avais laissé, pour une fois, Dieu dans son coin. Je me questionnais sur l’homme ; l’homme de mon pays qui autrefois servait à quelque chose. J’essayais de le localiser, de le mesurer, cet homme que j’ai connu pendant mes années « pantalon court » et chemise « kat baf », qui m’aidait à traverser la rue et veillait sur mes lacets. L’homme de mes institutions, le curé bienveillant quoique pédéraste, le pasteur qui ne carburait pas à la dime. Le président qui n’avait pas une carrière de stripteaser, le sénateur qu’on ne venait pas escobariser à la sortie d’une station de radio. Les écoliers, les professeurs… les journalistes ? J’avais retenu mon souffle. Dehors, le mois de décembre semblait faire de même. Je ne m’interrogeais plus. Sur Twitter on n’a pas le temps. Les sottises défilent tellement vite que tout s’embrouille dans ma tête. PSG officiel a twitté, France 24 met l’accent sur une tuerie en Syrie. Et voilà qu’une photo bandante s’est mise à me fixer. Ah ! Un numéro de Playboy en français ? « Au lit avec le père Noël ». Je vérifie. Non ce n’est pas un Playboy, c’est ce magazine à succès mi-figue mi-raisin, connu pour avoir été le podium des quelques stars que leur couleur de peau, leur famille, plus que leur talent, tenaient en vie sur la scène musicale. N’avait-il pas remis une fois à un chanteur reggae le prix du meilleur album rap ? Je ne m’en souviens plus. Je ne me souviens de rien. Je plongeai dans un abysse après avoir vu la une de ce numéro. Je m’endormis les poings fermés. Je n'avais pas rêvé pas cette nuit-là, ni pendant aucune des nuits qui suivirent d’ailleurs. Sur Twitter on n’a pas le temps de rêver. PSG officiel avait encore twitté, France 24 s’envoyait encore du Daesh, Monsieur Obelix du magazine à succès avait tenu à clarifier pour tout le monde que son magazine n’a jamais été un magazine pour enfants. Bien dit, Monsieur Obélix... Je pensai en filigrane à Alain Possible. Mais attendez Monsieur Obélix… non, laissez tomber.  De toute façon Monsieur Obélix du magazine à succès n’en fait qu’à sa tête. Pretty Mae et FC Barcelone_es ont twitté. J'avais fermé l’application. Je m’ouvris à moi-même, je repensais à mes questions de la nuit dernière. Où sont les écoliers, les professeurs… les journalistes ? J’esquissai un sourire. Ils sont sans doute au lit avec le père Noël. Pourquoi diable est-ce que ça sonnait mal ? Est-ce à cause du père Noël de quand j’étais à la maternelle qui me prit sur ces genoux ? Ce père Noël qu’on me présenta comme un petit papa qui descend du ciel avec des jouets par milliers. Mon enfance venait de subir une vasectomie. Mais ce n’était pas un problème. On n’a vu ni chatte, ni trou de balle sur la couverture. Pourquoi faire dans l’information et la formation quand on peut faire sensation, et satisfaire son slip ? j’arrêtai de penser.
 
Le reste de l’année s’en alla. Le monde avait oublié que Saint Nicolas se fit une très jolie mannequin le jour de son anniversaire ; même moi j’étais passé à autre chose. Sur Twitter on peut toujours passer à autre chose. Pas de tweet de PSG officiel, la plateforme était d’un calme « cimetiéreux ». LadyF a twitté : « Le magazine à succès va publier son palmarès. » L’air devint lourd, comme si un dangereux prédateur m’épiait dans la nuit pluvieuse. Je suais. Je ne m’attendais pas à grand-chose, je voyais déjà les prix. « Baiseur de l’année, bouteille de l’année, religion de l’année. » Des bouts de bois allaient être récompensés pour leur boutdeboiserie, des trous de balles allaient être léchés, une visqueuse colère emplira nos vaisseaux sanguins pendant des heures. Mais la caravane aura déjà fait son chemin, laissant pensifs les vieux chiens rongés par l’envie de retomber un jour sur quelque chose de sensé dans les tabloïdes à succès de nos jours. Le magazine à succès a twitté. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour un peu de buzz, de nos jours ? Une curieuse impression de déjà vu s’installa à coté de moi. Balivernes… Ridicule...  Ah, celui-là il mérite bien un prix ! Stupide… encore Balivernes. Je fermai l’application. Qu’est-ce qu’on a fait au bon sens ? il faut sortir du lit de papa Noël, du lit du directeur, du lit de monsieur le juge, du lit du professeur, de sa voisine. Il faut qu’on sorte du pieux de la communauté internationale, de la bêtise, de l’ignorance. Cessons de nous faire prendre par cette vague de populisme ingrate. À vouloir prendre son pied avec le père Noël on finit par enfanter des jouets… par milliers ; des palmarès à l’emporte-pièce... par milliers ; des numéros spéciaux sur une perruque qui bande… par milliers. Le DJ du pays a twitté. Je ne fis signe de vie. Peut-être qu’il se plaint d’avoir été exclus de l’orgie de Monsieur Obélix  qui, maintenant que j’y pense, a bien une tête de père Noël. La nuit se tut. Psg officiel twitta et retwitta. Moi j’étais là, pensif. Au lit avec un palmarès. Je ne me rappelle même pas qui baisait qui cette nuit-là.
 
Davidson Bien Aimé


AUSSI Sur TapTap Magazine
< >

Publicité







Facebook

Publicité