Connectez-vous S'inscrire
TapTapMag.com

Quand des policiers québécois en mission font des bébés en Haïti


Notez
7 Avril 2016

« Il y a [une] loi du silence. Les cas qui ne sont pas rapportés sont gardés secrets. Les gens reviennent et poursuivent leurs activités. Ni vu ni connu », explique un ancien policier de la mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH).

Selon nos informations, au moins deux agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont eu des enfants pendant qu'ils participaient à la MINUSTAH.



© Radio-Canada
© Radio-Canada

L'un d'entre eux a eu un enfant avec sa femme de ménage haïtienne alors qu'il était en mission en 2013, ce qui contrevient aux règles d'engagement de l'ONU, qui interdisent d'avoir des relations sexuelles avec des résidents pendant leur déploiement. L'homme, qui était en couple en Canada, a été dénoncé par des collègues à son retour au pays. Le SPVM l'a suspendu pendant neuf jours. Depuis, il aurait pris sa retraite et aiderait la mère de son enfant en Haïti.

Le cas de ce policier montréalais et la sanction qui lui a été imposée ont eu des échos jusqu'aux Nations unies à New York, qui publiait récemment son rapport annuel sur les allégations d'exploitation et d'atteintes sexuelles dans le système des Nations unies. L'ambassadrice américaine à l'ONU, Samantha Power, a d'ailleurs déploré lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU que le policier n'ait eu que neuf jours de suspension pour les gestes qu'il a posés en Haïti. Selon elle, cette sanction disciplinaire est nettement insuffisante.
 

Un point de vue que partage Rosy Auguste, du Réseau national de défense des droits humains en Haïti. « Neuf jours, c'est banaliser la vie d'un enfant et c'est banaliser cette résolution qui veut qu'il n'y ait pas de ce genre de relation entre les agents de MINUSTAH et les Haïtiennes », dit-elle.

 

«C'est de la blague, neuf jours de sanctions. C'est vraiment de la blague. C'est insultant. Il faudrait que le gouvernement canadien y prenne des dispositions afin d'arrêter cette plaisanterie.» - Marie-Yolaine Gilles, militante et collègue de Rosy Auguste

 

En 2012, un autre policier du SPVM a conçu un enfant en Haïti alors qu'il était en mission pour l'ONU. Cette relation est demeurée secrète jusqu'à ce que la femme ait décidé de porter plainte contre le policier, qui aurait cessé de verser une pension pour le nourrisson. Après enquête, l'homme a été suspendu cinq jours. Selon nos informations, il refusait toujours d'aider la mère de son enfant.

 

«Ces gens-là quittent le pays et abandonnent des jeunes enfants. C'est malheureux. Les femmes n'ont pas d'argent pour manger, alors elles ne prendront sûrement pas un avocat pour poursuivre le policier qui est parti. Le but de l'opération, c'est d'aider les Haïtiens, pas d'aggraver leur cas.» - Un ancien policier de la MINUSTAH qui connaît bien le dossier

 

Depuis 2010, les policiers déployés dans les missions de paix ont eu une vingtaine d'enfants un peu partout dans le monde; 15 d'entre eux ont vu le jour en Haïti. En agissant de la sorte, les policiers de l'ONU ont plongé un peu plus les femmes haïtiennes dans la pauvreté, selon Marie-Yolaine Gilles.

« C'est encourager la misère et la mendicité. Haïti est un pays pauvre, ça a créé beaucoup de misère parce que l'agent humanitaire, il est de passage. Laisser un enfant sans père, je crois que c'est créer beaucoup plus de problèmes », dit-elle.

La Sûreté du Québec aussi

Dans le dernier rapport de l'ONU, on apprend aussi qu'il y a un policier de la Sûreté du Québec qui a eu des inconduites sexuelles.

L'agent a été rapatrié au pays l'an passé pour avoir eu des relations sexuelles avec des Haïtiennes alors qu'il était en mission pour l'ONU. L'une d'elles a porté plainte. Le cas est tellement récent que l'agent n'a même pas encore passé devant le comité de discipline de la SQ. Il doit le faire en juillet en prochain.

 

«Ce qu'on attend de nos policiers, c'est un comportement exemplaire. Il y a des règles à respecter, des règles propres aux policiers qui sont déployés dans le cadre de ces missions. Il y en a des cas. Et c'est déplorable.»  - Guy Lapointe, porte-parole de la Sûreté du Québec

 

En 2013, Radio-Canada rapportait qu'un autre policier de la SQ avait quitté Haïti après avoir commis des inconduites sexuelles. Une fois au pays, il aurait démissionné pour éviter de comparaître devant le comité de discipline. « Le policier a démissionné avant que la cause puisse être entendue en discipline et donc, de ce fait, on a perdu juridiction », explique le porte-parole de la SQ.

Comment éviter que cela devienne la règle

En Haïti, au Réseau national de défense des droits humains, on dénonce l'impunité des membres de la MINUSTAH depuis des années. « Il faut éviter que cela vienne la règle, que les soldats et les policiers s'amusent à avoir des enfants avec les femmes dans les pays de déploiement. »

Un ancien policier qui a participé à quelques missions de l'ONU en Haïti et qui désire conserver l'anonymat affirme qu'il peut être difficile pour les Nations unies de surveiller les faits et gestes des policiers qui sont déployés.

 

«Les policiers canadiens sont partout dans le pays. Ils ne sont pas seulement dans la capitale. Quand tu as une centaine de policiers déployés, ça fait en sorte que tu peux difficilement contrôler les agissements.» - Un ancien policier

 

« Ce type de comportement nuit à l'image du Canada et de la communauté internationale dans son ensemble », souligne Edouard Delaplace, directeur des affaires juridiques à Avocats sans frontières Canada.

Il doute que les Haïtiennes puissent réellement faire valoir leurs droits. « Je peux difficilement imaginer comment une femme à Port-au-Prince qui a eu une relation avec un expatrié québécois, canadien ou de n'importe quelle autre nationalité, comment elle fait pour faire valoir ses droits. Comment elle fait pour faire reconnaître la paternité de la personne impliquée. Comment elle fait pour bénéficier d'une pension alimentaire. Ça me semble extrêmement difficile. »


© Radio-Canada
© Radio-Canada

« Nous avons du travail à faire, beaucoup de travail à faire pour préserver la crédibilité de nos missions, la crédibilité de l'action qui est la nôtre », affirme le sous-secrétaire général des Nations unies au maintien de la paix, El Ghassim Wane.

Le problème est tel que l'ONU veut créer un fonds spécial pour venir en aide aux victimes en Haïti et ailleurs dans le monde « de manière à mobiliser les ressources dont les victimes ont besoin pour leur apporter le soutien nécessaire sur le plan médical, psychologique et légal. Ce que nous attendons du Canada, comme de l'ensemble de nos États membres, c'est un soutien de l'action pour mobiliser les ressources les plus importantes possible en faveur de ce fonds. »

Le Canada prend cela au sérieux

Le ministère des Affaires étrangères a refusé de nous accorder une entrevue, mais nous a fait parvenir une déclaration par courriel :

« Le Canada prend très au sérieux toute allégation d'exploitation ou d'abus sexuel ou d'autre mauvaise conduite dans les opérations de maintien de la paix, et prendra les mesures appropriées après avoir examiné les faits et les conclusions d'un cas. »

« L'ONU est encore en train de déterminer les paramètres du fonds. L'ONU n'a pas encore approché les États membres, dont le Canada, pour y contribuer. Ceci est une proposition relativement récente du secrétaire général que le Canada appuie de façon générale. Le Canada va explorer les nouvelles options recommandées par le secrétaire général pour renforcer le soutien aux victimes d'abus et d'exploitation sexuelle. »



Publicité







Facebook

Publicité