Connectez-vous S'inscrire
TapTapMag.com

Plus d’ivresses chez les jeunes


Notez
1 Juillet 2015



Les jeunes consomment de plus en plus d’alcool et fument davantage de cigarettes. En revanche, la consommation de drogues illicites est en baisse. L’usage régulier d’alcool progresse de 18 % (10,5 % contre 8,9 % en 2008). Ces évolutions concernent filles et garçons.

Les jeunes consomment de plus en plus d’alcool et fument davantage de cigarettes. En revanche, la consommation de drogues illicites est en baisse. Réalisée en 2011 par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) auprès de plus de 30 000 garçons et filles âgés de 17 ans à l’occasion des journées Défense et citoyenneté, l’Enquête sur la santé et les consommations (Escapad) donne des indications précises sur les consommations de produits psychoactifs. Lancée en 2000, elle en est à sa cinquième édition.

L’usage quotidien de tabac repart à la hausse, pour les garçons comme pour les filles. Il concerne 31,5 % des jeunes contre 28,9 % en 2008 – date de la dernière enquête -, soit une augmentation de 9 %. L’interdiction de vente aux mineurs et les hausses des prix du tabac ne les ont pas découragés. En mai, une opération menée à l’initiative du Comité national contre le tabagisme auprès de 430 débits de tabac a montré que 62 % d’entre eux ont vendu des cigarettes à un jeune de moins de 18 ans et 38 % à des préadolescents de 12 ans.

Autre sujet de préoccupation, l’usage régulier d’alcool progresse de 18 % (10,5 % contre 8,9 % en 2008). Ces évolutions concernent filles et garçons. Toutefois, la consommation régulière reste majoritairement masculine (15,2 % chez les garçons contre 5,6 % chez les filles). Les ivresses répétées et régulières augmentent : 27,8 % des jeunes ont été ivres plusieurs fois (au moins trois fois dans l’année), contre 25,6 % en 2008, et 10,5 % des jeunes ont connu des ivresses régulières (au moins dix dans l’année), contre 8,6 % en 2008. Elles augmentent chez les filles et les garçons.

 

Ces chiffres confirment les inquiétudes des médecins urgentistes, qui reçoivent chaque week-end des adolescents de plus en plus jeunes en état d’ébriété ou de coma éthylique. « Ce phénomène est croissant depuis deux ou trois ans », témoigne le docteur Patrick Pelloux, du Samu de Paris.

 

Du côté des drogues illicites, l’expérimentation (au moins un usage au cours de la vie) de cannabis se stabilise à un niveau élevé : en 2011, 41,5 % des jeunes ont fumé au moins une fois un joint. La consommation régulière diminue : 34,6 % des jeunes de 17 ans ont consommé du cannabis dans l’année, contre 35,9 % en 2008. Par ailleurs, l’usage régulier (dix fois dans le mois) touche désormais 6,5 % des jeunes, contre 7,3 %.

 

Entre 2008 et 2011, l’expérimentation d’ecstasy est tombée à son niveau le plus bas, de 2,9 % à 1,9 %. De même, l’usage de « poppers », désormais interdits à la vente, passe de 13,7 % à 9 % entre 2008 et 2011. La cocaïne connaît une petite baisse, avec une expérimentation qui passe de 3,3 % à 3 %. Amphétamines, héroïne et crack diminuent un peu, champignons hallucinogènes et LSD connaissent des niveaux stables.

 

Les legal highs, drogues de synthèse vendues sur Internet, qui gagnent du terrain, selon l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, ne sont pas mesurées par l’enquête Escapad. « Mais elles semblent le fait de polyconsommateurs plus âgés que les grands adolescents de 17 ans », fait-on remarquer à l’OFDT, qui constate que seulement 0,7 % des jeunes de 17 ans interrogés déclarent se fournir en produits

 

Sources le Monde.fr



Publicité







Facebook

Publicité