Connectez-vous S'inscrire
TapTapMag.com

Les soirées dansantes et les élections en Haïti


Notez
2 Août 2015



Les soirées dansantes et les élections en Haïti

Au cours de cet été, est-ce que les vacances et la musique seraient prisonnières des activités politiques après le premier tour des élections au commencement du mois d’août ?

Une question difficile à répondre par plusieurs animateurs de musique compas qui pensent que tout peut arriver dans notre pays.

Déjà la violence électorale commence sur le terrain. À Peredo, dans le Sud-Est, au cours d’une fête champêtre, le candidat à la magistrature de Marigot Pierre Lafond a essuyé des tirs de la part d’un citoyen, sa mort a été constatée à l’hôpital.

Et, à Petit-Goave, personne ne sait qu’est-ce qui va se passer avant et après les élections. Au cours de la semaine une altercation a eu lieu entre des partisans de deux plateformes politiques qui a fait trois (3) blessés. La fête de la Notre Dame, le 15 août prochain, peut paraître incertaine.

Pour James Jovin de la radio télé Guinen, il s’est dit très sceptique quant à de bonnes vacances cette année. « La conjoncture socioculturelle va se dérouler, avec à ces côtés des actes d’insécurité constaté ces dernières semaines. »

Il pense que beaucoup de gens vont rester chez eux, « et ce sera un miracle si ces vacances se terminent bien », selon l’animateur.

Pour madame Patricia Latour, animatrice de « Tanbou ibo », sur radio Ibo, elle croit que ça peut aller mais : « depuis que la conjoncture politique reste ce qu’elle est aujourd’hui. Nous vivons dans un pays incertain et personne ne sait ce qui va ce passer. »

Selon Gérard Maxineau, le Nord n’a pas de gros problème jusqu’à présent. Spécialement au Cap-Haitien tout se déroule normalement pour les fêtes champêtres.

Il a mentionné le bal à guichet fermé de Djakout number 1, le 22 juillet dernier et la « soirée des pèlerins », animée par l’orchestre Tropicana le 23 juillet qui a été un succès.

Il a fait remarquer qu’il y a beaucoup d’affiches annoncées pour les grandes vacances, des groupes venant de Port-au-Prince et de l’étranger pour animer des soirées dansantes au Cap-Haitien.

  1. Maxineau pense que la crise du dollar et les élections ne vont rien déranger des festivités dans le département du Nord.

Nous avons questionné Hugens Elmetus (Le Boss), voici sa déclaration : « les élections vont boycotter les vacances. Les groupes musicaux se plaignent et il y a des groupes qui vont venir pour deux semaines seulement. »

Mais Guy Wewe animateur de « vision sou konpa » à la radio Vision 2000, croit que la politique en Haïti joue sur tout. « Des rumeurs de désordre sur les élections, il y en a toujours contrairement aux autres pays et je pense que les orchestres doivent mettre de côté les rumeurs. Il faut s’attendre à la visite de la diaspora qu’on le veuille ou non. Les gens ont besoin de détente et les groupes musicaux doivent s’impliquer davantage.

Malheureusement il y a des groupes qui ont annoncé qu’ils seront en Haïti après les élections. Je pense qu’il faut mettre les affiches et programmations correctement », estime l’animateur.

De son côté, le groupe Carimi pourrait ne pas venir cet été en Haïti, la cause serait que la bande à Michael Guirand n’a pas beaucoup de dates dans son agenda.



Publicité







Facebook

Publicité