Connectez-vous S'inscrire
TapTapMag.com

Les organes sexuels et les pratiques sexuelles : leurs appellations dans le créole haïtien


Notez
20 Décembre 2016

Cherlie Rivage, poétesse, étudiante mémorant en science du langage à la Faculté de linguistique appliquée (FLA), a présenté une conférence au local de l’Initiative pour un développement équitable en Haïti (IDEH), à Pacot, le jeudi 3 novembre 2016. Cette causerie, qui est un extrait de son travail de mémoire qu’elle présentera bientôt, a été articulée autour du thème « Le phénomène de l’analogie en créole haïtien dans le domaine de la sexualité ».



Les organes sexuels et les pratiques sexuelles : leurs appellations dans le créole haïtien

Dès le début de son exposé, Cherlie Rivage a montré l’utilité de sa recherche. « Ce travail s’inscrit dans le cadre d’un mémoire visant à étudier le phénomène de l’analogie en créole haïtien dans le domaine de la sexualité. Deux époques ont retenu mon attention, les XXe et XXIe siècles, marqués par un grand nombre de travaux sur le créole haïtien tels que les propositions théoriques de Pradel Pompilus (1976), d’Albert Valdman (1978) et de Yves Déjean (1982), pour ne citer que ceux-là. Ces professeurs étaient beaucoup plus intéressés à l’étude historique du créole, tout en négligeant le sujet parlant sans lequel la langue ne serait rien. »

Pour mademoiselle Rivage, membre de Controverse, un journal en ligne, l’analogie est le coeur de la pensée. On ne peut pas utiliser la langue sans la pensée, a-t-elle affirmé. « Dès qu’on produit des mots, dès qu’on parle on fait de l’analogie. Ce travail a pour but de montrer les différentes manières utilisées par les Haïtiens pour désigner les organes sexuels et les pratiques sexuelles en créole. »

Pour étayer ses arguments, la paneliste s’est appuyée sur les travaux des philosophes du langage tels Ferdinand de Saussure et Stefan Ullmann qui pensent que l’analogie offre une bonne base de compréhension au niveau de la création lexicale dans une langue donnée. « Notre étude porte sur la dénomination des organes sexuels et des pratiques sexuelles en créole haïtien. Ce faisant, nous constatons que pour désigner les organes et les pratiques sexuels, les locuteurs créent des mots par analogie sémantique sur une base de polysémie ou de synonymie. »

Pour désigner l’organe sexuel en créole haïtien, nombreuses sont les unités lexicales liées à ce propos. Pour le sexe masculin, la conférencière parle entre autres de zozo, materyèl, baton moyiz, jilbriyis, zouti, koulout, ti pati, grenn, pijon. Pour désigner l’organe sexuel féminin, elle signale entre autres, chat, bouboun, sòbèbè, chouchoun, bòbòt, chòlòlòt. D’autre part, pour la désignation des pratiques sexuelles, il faut, selon Cherlie Rivage, tenir compte de deux aspects. Premièrement, quand il y a rapport de dominance, des verbes se créent tels que « koupe, taye, plimen, kraze, kase, etc » ; et deuxièmement, quand il y a rapport d’égalité, on utilise : « An n al fè l ; ann al pran yon ti plezi ; etc.

Tout au long du débat, l’étudiante a tenté d’expliquer certaines de ces expressions, par exemple : « Ti Jan gen yon baton moyiz. Ici, le sexe de Ti Jan est indiqué par ‘Bâton Moïse’. L’analogie se fait dans ce cas par synonymie en se basant sur la polysémie, car le mot bâton pris seul a un autre sens : morceau de bois. En plus le mot bâton associé au nom propre Moïse, il y a ici deux sèmes qui s’ajoutent. Bâton Moïse exprime une puissance, une solution », termine-t-elle. « Pa manyen pati sekrè m. » Dans cette phrase, on a une analogie sémantique qui se fait par synonymie. Le mot sacré se réfère à quelque chose vénérable, inviolable, quelque chose qu’il faut protéger », a poursuivi Cherlie Rivage. « Cheri m anvi koupe. “Couper” comme verbe d’action en créole, veut dire séparer en plusieurs morceaux. Mais on voit aussi dans l’action même de “koupe”, un sujet qui agit sur un objet, d’où la présence d’une domination », a-t-elle signalé.

 Cherlie Rivage a aussi expliqué qu’elle a recueilli ces données qui signalent les procédés énonçant les organes sexuels et les pratiques sexuelles dans le créole haïtien dans différents lieux, comme Carrefour-Feuilles, Boulevard Jean-Jacques Dessalines, Cité 9, Carrefour, etc.

Reconnaissant les limites de son travail, elle a rappelé que l’analogie renforce le phénomène de polysémie et de synonymie dans le créole haïtien. « Car la création lexicale d’énoncés pour désigner les organes et les pratiques sexuelles se font soit par lexicalisation — plusieurs mots sont créés pour un seul signifié — et par le processus de sémantisation. En ce sens, un mot utilisé dans le domaine de la sexualité dans le créole haïtien peut avoir plusieurs autres sens dans un autre contexte. »

Schultz Laurent Junior



Publicité







Facebook

Publicité