Connectez-vous S'inscrire
TapTapMag.com

Le collège Saint-Louis de Bourdon a encore triomphé


Notez
19 Mars 2016

La valse des trophées continue

En s'imposant 2-1 à domicile contre le Nouveau Collège Bird (NCB,) samedi 12 mars 2016, lors de la grande finale du tournoi interscolaire de débat réalisé par le Club de Christ-Roi sur la thématique de la dictature, les filles du collège Saint-Louis de Bourdon (CSLB) ont encore triomphé. Sacrée championne du tournoi, sensation, l’équipe du CSLB a créé la sensation en établissant un record en gagnant 2 fois de suite la même compétition la même année pour leur toute première participation à ce type de tournoi interscolaire : une série de deux tournois réalisés durant la même année par le club de Christ-Roi, dirigé par l'animateur Alfred DESIR.



Rappelons que le premier tournoi du samedi 30 janvier 2016 a été remporté de très fort belle manière par cette école face à la vaillante équipe de l'Institution George Marc. Encore et toujours motivées, les protégées de Joël Lazard n'ont pas connu de défaite. Dans un parcours sans faute, elles ont débattu samedi 12 mars 2016, fermement jusqu'à y mettre un nouveau titre de champion à leur compte, avec pour seule modification trois nouveaux visages émergents de la bande des six joueuses, qui étaient pourtant mises en réserve lors du tout premier tournoi lancé en janvier 2016.
 
Nouveaux visages, nouveau trophée
 
Les 8 équipes engagées dans le tournoi étaient reparties en deux groupes de quatre. Le groupe A comprenait les collèges Saint Louis Roi de France (CSLRF), Saint Louis de Bourdon (CSLRF), les lycées national de Carrefour-Feuille (LNCF) et Marie Jeanne (LMJ) ; Le groupe B, le Lycée Anténor Firmin (LAF), Cœur Immaculée Marie (CIM), Nouveau Collège Bird (NCB), Institution Mixte Sainte Geneviève (IMSG). Quinze matches au total ont été joués au cours de cette longue journée, arbitrée par une délégation de douze juges à majorités des animateurs venant d'autres clubs de la capitale ou d'autres zones environnantes, et aussi bien des jeunes formés à l'exercice du jury.

 

Paradoxalement, au premier tournoi qui pourtant avait réuni quatorze établissements scolaires, ce tournoi, a opposé huit équipes secondaires de la zone métropolitaine. Six (6) autres équipes avaient auparavant désisté à cause des examens trimestriels organisés dans leurs établissements respectifs à cette période.
 
Cette compétition a eu lieu au Collège Saint Louis de Bourdon et visait à faire croître le niveau de la réflexion des jeunes sur les besoins de justice des populations opprimées par les régimes autoritaires et les modes de résistances de peuples contre la dictature. Ce tournoi a été l’occasion d’une plongée dans un passé totalement ou partiellement ignoré par les jeunes, et d’une réflexion non seulement légitime mais sans doute nécessaire sur l'affrontement des défis du présent et de l'avenir de la démocratie en Haiti et dans le monde.
 
Toutefois, il est à préciser la présence d’une délégation d’une quinzaine de jeunes débatteurs venus spécialement de Jacmel, accompagnés de leurs animateurs, pour assister au tournoi, ainsi que des élèves, ami(e)s et supporteurs de ces huit écoles, quelques parents de certain(e)s débatteur (se)s et aussi bien que la présence de deux universitaires Argentins qui prenaient part aux activités relatives à la Semaine de la rencontre des Mémoires Haiti-Argentine sur la dictature, organisée par Fokal, du 8 au 12 mars dernier

Les collèges Saint Louis Roi de France, Saint Louis de Bourdon, Cœur Immaculée Marie, Nouveau Collège Bird, Institution Sainte Geneviève, Les Lycées Anténor Firmin, Marie Jeanne, national de Carrefour-Feuille, ont tous donné le meilleur d'eux mêmes en livrant de brillantes joutes intellectuelles avec des moments de choc inoubliables, lors de contre-interrogatoires passionnants. Par moment, d'une salle à l'autre, l'animation des débats et l'ambiance créées par les jeunes, tous dévoués à débattre, laissait entendre des cris de joie ou des tonnerres d’applaudissements d'un public qui saluait le courage et la performance des brillants débatteurs des deux sexes. 
 
Kaïcha Jeanty, l’étoile montante du débat
 
Les 24 débatteurs dont 16 filles engagées dans ce tournoi ont effectué des débats énergiques avec des positions lumineuses sur l'impact lié à des modèles de luttes non-violentes des communautés et des peuples contre l'arbitraire, et des argumentations fortes sur les effets découlant à l'efficacité de l'emploi de la force et de la violence pour provoquer des changements au sein d'une société. Le sujet principal des matches de la phase des poules a été: « La protestation non-violente est le meilleur moyen pour provoquer un changement dans un État non démocratique».
 
En dépit d'une prestation magistrale, Kaïcha Jeanty «on fire» s'est défendue solidement avec véhémence, à de multiple occasions pour maintenir dans la course son équipe. Mais le beau navire de l’Institution Sainte Geneviève a quand même coulé face à l'inébranlable iceberg de Saint-Louis de Bourdon, dans une demi-finale épique. Kaïcha, irréprochable dans confrontations directes face à ses adversaires a pourtant tout fait pour conduire son équipe en finale. Mais, le destin en a voulu autrement.
 
N'en déplaise à la participation timide de ses pairs, elle aurait pu changer la donne à elle seule si jamais les jugements pouvaient se pencher seulement sur la performance individuelle. Kaïcha est bourrée de talent, et sans doute fera les beaux jours du débat. Elle reste une valeur sûre, une étoile montante du débat. Et, c'est en ce sens que les membres du jury lui ont attribué légitimement le titre de « Meilleur Débatteur Espoir» du tournoi. 
 
Les filles de Saint-Louis de Bourdon, des amazones du débat
 
Thafaïna Saint Louis, la meilleure débatteuse du tournoi, Lynda Noël, Marie Micheline Sainte, sont les trois filles remarquables qui ont débattu avec fougue, tout au long de ce deuxième tournoi jusqu'à pousser leur équipe en finale, avec 5 victoires consécutives sur les cinq matches à jouer. Cette brillante performance leur a valu automatiquement de braquer les projecteurs sur leur école qui célèbre fièrement cette année son 53ème anniversaire.
 
Ne pouvant cacher sa satisfaction, Soeur Elza Luc, la directrice du collège Saint-Louis de Bourdon nous a fait part de ses sensations: « Je suis fière de mes filles" dit-elle, "Et je les remercie de nous avoir apporté ces deux trophées... je remercie aussi les têtes pensantes qui ont fait choix de nous intégrer dans ce programme. Ce qui m'a impressionnée, c'est le fait qu'elles ont pu trouver des arguments pour défendre ou prendre le contre-pied d'un même sujet. C'est extraordinaire! Je les félicite pour leur détermination, leur éloquence et leur capacité à convaincre. »
 
Pour sa part, Marie Micheline Sainte, débatteuse en classe de Rhéto nous a affirmé que ce second tournoi a été pour son équipe un défi réel dans la mesure où trois autres camarades de son école avaient déjà gagné le premier tournoi : « Nous, nous voulions faire de même. Jouer, apprendre, et gagner ». 
 
Toujours, suivant les témoignages d'après match, elle a affirmé gaiement que ce tournoi assez émotionnel, lui a appris à gérer son agressivité ainsi que son stress. Ce fut pour elle un tournoi très enrichissant car le premier but du débat, pour elle, c'était bien d'apprendre. C'est en ce sens même qu'elle a donné le meilleur d'elle-même, suivant le rythme de ses coéquipières afin de faire un travail irréprochable aux yeux de tous. 
« Ce tournoi fut et restera un moment inoubliable tout au long de ma vie », nous a t-elle confié.
 
Pour Evenie Rose Thafaïna Saint-Louis, la meilleure débatteuse, celle qui a ébloui le tournoi avec un total de 136 points, avec quatre points d'avance sur le brillant joueur du Nouveau Collège Bird, Jean Dhan Koderson, le concours a été très enrichissant. Martelant qu'il lui a permis d'augmenter ses connaissances en ce qui concerne des sujets sur lesquels l'éducation scolaire ne s'accentue pas vraiment, tels que: « Dictature et Démocratie, Lutte violente et Lutte Pacifique, Écotaxe et tant d'autres ».
 
Le débat, une école de la vie
 
Le plus important pour elle est que le débat a produit en elle l'esprit d'équipe, le fait même de ne pas se concentrer sur son travail personnel uniquement, mais plutôt de croire en la performance extraordinaire de l'équipe. « C'est d'ailleurs ce qui nous a conduit à gagner les deux tournois de manière successive et aussi avec une grande fierté", nous dit-elle. Deux trophées pour une seule école, en deux participations au cours d'une même année, wow! C’est déjà plus que la victoire! Bref, nous savions que nous étions capables et Dieu était avec nous. Saint-Louis de Bourdon est resté au pouvoir. »
 
inda Noël, quant à elle n'est pas différente de la bande des trois. Pour elle, le tournoi de débat a été un long et beau parcours. Un parcours d'apprentissage intellectuel. Pour elle, le but était surtout d'apprendre. « Apprendre pour gagner mais aussi s'amuser, se régaler entre autres du beau monde des idées, se nourrir de bonnes réflexions. Qu'y a-t-il de meilleur pour un élève, un étudiant, un intellectuel, un penseur, que jouer au débat pour meubler son esprit, tout en peaufinant son sens d'esprit critique?
 
L'interrogation est lancée,  à chacun y va de ses réponses: « Mais réellement, pour ma part, le débat, c'est un art, je dirais même une vie, oui, un sport qui développe chaque particule de la mémoire à la réalité du monde, aux informations munies de toute une chaîne d'actualités récentes qui occupe en espace une grande partie de notre vie d'homme, curieux, toujours en marche tels des nomades en quête de savoir. Le débat, c'est ça: tout un monde d'information lié à des connaissances impérissables
 
Au fil des matches, Linda avoue que les liens qu'il y avait entre elle, Thafaina et Sainte se sont raffermies, car après le premier match, selon ses dires, ses 2 coéquipières et elle ont vite compris en conséquence que pour gagner, il fallait bien faire un travail d'équipe pour qu'ensuite chacune d'elle, une fois sur scène, puisse donner le meilleur d'elle-même. Par ailleurs, elle profite de l'entretien pour remercier son coach, Joël Lazard, sans oublier les trois membres de la première équipe du collège: Carlie, Sarah et Annie, et enfin les responsables du club débat Pyepoudre.
 
Défendre est devenu pour elle un art dont elle a déjà d'une parfaite maîtrise ; et si jamais elle avait à refaire l'expérience, aujourd'hui même, elle n’hésiterait pas outre mesure, nous a t-elle confié.
 
Thafaïna, une véritable héroïne ! 
 
 
La valse des trophées continue

En s'imposant 2-1 à domicile contre le Nouveau Collège Bird (NCB,) samedi 12 mars 2016, lors de la grande finale du tournoi interscolaire de débat réalisé par le Club de Christ-Roi sur la thématique de la dictature, les filles du collège Saint-Louis de Bourdon (CSLB) ont encore triomphé. Sacrée championne du tournoi, sensation, l’équipe du CSLB a créé la sensation en établissant un record en gagnant 2 fois de suite la même compétition la même année pour leur toute première participation à ce type de tournoi interscolaire : une série de deux tournois réalisés durant la même année par le club de Christ-Roi, dirigé par l'animateur Alfred DESIR.
Lire aussi Le collège Saint-Louis de Bourdon ne sait pas perdre à :

Rappelons que le premier tournoi du samedi 30 janvier 2016 a été remporté de très fort belle manière par cette école face à la vaillante équipe de l'Institution George Marc. Encore et toujours motivées, les protégées de Joël Lazard n'ont pas connu de défaite. Dans un parcours sans faute, elles ont débattu samedi 12 mars 2016, fermement jusqu'à y mettre un nouveau titre de champion à leur compte, avec pour seule modification trois nouveaux visages émergents de la bande des six joueuses, qui étaient pourtant mises en réserve lors du tout premier tournoi lancé en janvier 2016.
 
Nouveaux visages, nouveau trophée
 
Les 8 équipes engagées dans le tournoi étaient reparties en deux groupes de quatre. Le groupe A comprenait les collèges Saint Louis Roi de France (CSLRF), Saint Louis de Bourdon (CSLRF), les lycées national de Carrefour-Feuille (LNCF) et Marie Jeanne (LMJ) ; Le groupe B, le Lycée Anténor Firmin (LAF), Cœur Immaculée Marie (CIM), Nouveau Collège Bird (NCB), Institution Mixte Sainte Geneviève (IMSG). Quinze matches au total ont été joués au cours de cette longue journée, arbitrée par une délégation de douze juges à majorités des animateurs venant d'autres clubs de la capitale ou d'autres zones environnantes, et aussi bien des jeunes formés à l'exercice du jury.
Paradoxalement, au premier tournoi qui pourtant avait réuni quatorze établissements scolaires, ce tournoi, a opposé huit équipes secondaires de la zone métropolitaine. Six (6) autres équipes avaient auparavant désisté à cause des examens trimestriels organisés dans leurs établissements respectifs à cette période.
 
Cette compétition a eu lieu au Collège Saint Louis de Bourdon et visait à faire croître le niveau de la réflexion des jeunes sur les besoins de justice des populations opprimées par les régimes autoritaires et les modes de résistances de peuples contre la dictature. Ce tournoi a été l’occasion d’une plongée dans un passé totalement ou partiellement ignoré par les jeunes, et d’une réflexion non seulement légitime mais sans doute nécessaire sur l'affrontement des défis du présent et de l'avenir de la démocratie en Haiti et dans le monde.
 
Toutefois, il est à préciser la présence d’une délégation d’une quinzaine de jeunes débatteurs venus spécialement de Jacmel, accompagnés de leurs animateurs, pour assister au tournoi, ainsi que des élèves, ami(e)s et supporteurs de ces huit écoles, quelques parents de certain(e)s débatteur (se)s et aussi bien que la présence de deux universitaires Argentins qui prenaient part aux activités relatives à la Semaine de la rencontre des Mémoires Haiti-Argentine sur la dictature, organisée par Fokal, du 8 au 12 mars dernier (http://vaguedufutur.blogspot.com/2016/03/semaine-de-la-rencontre-des-memoires.html)
Les collèges Saint Louis Roi de France, Saint Louis de Bourdon, Cœur Immaculée Marie, Nouveau Collège Bird, Institution Sainte Geneviève, Les Lycées Anténor Firmin, Marie Jeanne, national de Carrefour-Feuille, ont tous donné le meilleur d'eux mêmes en livrant de brillantes joutes intellectuelles avec des moments de choc inoubliables, lors de contre-interrogatoires passionnants. Par moment, d'une salle à l'autre, l'animation des débats et l'ambiance créées par les jeunes, tous dévoués à débattre, laissait entendre des cris de joie ou des tonnerres d’applaudissements d'un public qui saluait le courage et la performance des brillants débatteurs des deux sexes. 
 
Kaïcha Jeanty, l’étoile montante du débat
 
Kaïcha Jeanty
Les 24 débatteurs dont 16 filles engagées dans ce tournoi ont effectué des débats énergiques avec des positions lumineuses sur l'impact lié à des modèles de luttes non-violentes des communautés et des peuples contre l'arbitraire, et des argumentations fortes sur les effets découlant à l'efficacité de l'emploi de la force et de la violence pour provoquer des changements au sein d'une société. Le sujet principal des matches de la phase des poules a été: « La protestation non-violente est le meilleur moyen pour provoquer un changement dans un État non démocratique».
 
En dépit d'une prestation magistrale, Kaïcha Jeanty «on fire» s'est défendue solidement avec véhémence, à de multiple occasions pour maintenir dans la course son équipe. Mais le beau navire de l’Institution Sainte Geneviève a quand même coulé face à l'inébranlable iceberg de Saint-Louis de Bourdon, dans une demi-finale épique. Kaïcha, irréprochable dans confrontations directes face à ses adversaires a pourtant tout fait pour conduire son équipe en finale. Mais, le destin en a voulu autrement.
                                                                                                            
N'en déplaise à la participation timide de ses pairs, elle aurait pu changer la donne à elle seule si jamais les jugements pouvaient se pencher seulement sur la performance individuelle. Kaïcha est bourrée de talent, et sans doute fera les beaux jours du débat. Elle reste une valeur sûre, une étoile montante du débat. Et, c'est en ce sens que les membres du jury lui ont attribué légitimement le titre de « Meilleur Débatteur Espoir» du tournoi. 
 
Les filles de Saint-Louis de Bourdon, des amazones du débat
 
Thafaïna Saint Louis, la meilleure débatteuse du tournoi, Lynda Noël, Marie Micheline Sainte, sont les trois filles remarquables qui ont débattu avec fougue, tout au long de ce deuxième tournoi jusqu'à pousser leur équipe en finale, avec 5 victoires consécutives sur les cinq matches à jouer. Cette brillante performance leur a valu automatiquement de braquer les projecteurs sur leur école qui célèbre fièrement cette année son 53ème anniversaire.
 
Ne pouvant cacher sa satisfaction, Soeur Elza Luc, la directrice du collège Saint-Louis de Bourdon nous a fait part de ses sensations: « Je suis fière de mes filles" dit-elle, "Et je les remercie de nous avoir apporté ces deux trophées... je remercie aussi les têtes pensantes qui ont fait choix de nous intégrer dans ce programme. Ce qui m'a impressionnée, c'est le fait qu'elles ont pu trouver des arguments pour défendre ou prendre le contre-pied d'un même sujet. C'est extraordinaire! Je les félicite pour leur détermination, leur éloquence et leur capacité à convaincre. »
 
Pour sa part, Marie Micheline Sainte, débatteuse en classe de Rhéto nous a affirmé que ce second tournoi a été pour son équipe un défi réel dans la mesure où trois autres camarades de son école avaient déjà gagné le premier tournoi : « Nous, nous voulions faire de même. Jouer, apprendre, et gagner ». 
 
Marie Micheline Sainte (au milieu)
Toujours, suivant les témoignages d'après match, elle a affirmé gaiement que ce tournoi assez émotionnel, lui a appris à gérer son agressivité ainsi que son stress. Ce fut pour elle un tournoi très enrichissant car le premier but du débat, pour elle, c'était bien d'apprendre. C'est en ce sens même qu'elle a donné le meilleur d'elle-même, suivant le rythme de ses coéquipières afin de faire un travail irréprochable aux yeux de tous. 
« Ce tournoi fut et restera un moment inoubliable tout au long de ma vie », nous a t-elle confié.
 
Pour Evenie Rose Thafaïna Saint-Louis, la meilleure débatteuse, celle qui a ébloui le tournoi avec un total de 136 points, avec quatre points d'avance sur le brillant joueur du Nouveau Collège Bird, Jean Dhan Koderson, le concours a été très enrichissant. Martelant qu'il lui a permis d'augmenter ses connaissances en ce qui concerne des sujets sur lesquels l'éducation scolaire ne s'accentue pas vraiment, tels que: « Dictature et Démocratie, Lutte violente et Lutte Pacifique, Écotaxe et tant d'autres ».
 
Le débat, une école de la vie
 
Le plus important pour elle est que le débat a produit en elle l'esprit d'équipe, le fait même de ne pas se concentrer sur son travail personnel uniquement, mais plutôt de croire en la performance extraordinaire de l'équipe. « C'est d'ailleurs ce qui nous a conduit à gagner les deux tournois de manière successive et aussi avec une grande fierté", nous dit-elle. Deux trophées pour une seule école, en deux participations au cours d'une même année, wow! C’est déjà plus que la victoire! Bref, nous savions que nous étions capables et Dieu était avec nous. Saint-Louis de Bourdon est resté au pouvoir. »
 
Linda Noel
Linda Noël, quant à elle n'est pas différente de la bande des trois. Pour elle, le tournoi de débat a été un long et beau parcours. Un parcours d'apprentissage intellectuel. Pour elle, le but était surtout d'apprendre. « Apprendre pour gagner mais aussi s'amuser, se régaler entre autres du beau monde des idées, se nourrir de bonnes réflexions. Qu'y a-t-il de meilleur pour un élève, un étudiant, un intellectuel, un penseur, que jouer au débat pour meubler son esprit, tout en peaufinant son sens d'esprit critique?
 
L'interrogation est lancée,  à chacun y va de ses réponses: « Mais réellement, pour ma part, le débat, c'est un art, je dirais même une vie, oui, un sport qui développe chaque particule de la mémoire à la réalité du monde, aux informations munies de toute une chaîne d'actualités récentes qui occupe en espace une grande partie de notre vie d'homme, curieux, toujours en marche tels des nomades en quête de savoir. Le débat, c'est ça: tout un monde d'information lié à des connaissances impérissables
 
Au fil des matches, Linda avoue que les liens qu'il y avait entre elle, Thafaina et Sainte se sont raffermies, car après le premier match, selon ses dires, ses 2 coéquipières et elle ont vite compris en conséquence que pour gagner, il fallait bien faire un travail d'équipe pour qu'ensuite chacune d'elle, une fois sur scène, puisse donner le meilleur d'elle-même. Par ailleurs, elle profite de l'entretien pour remercier son coach, Joël Lazard, sans oublier les trois membres de la première équipe du collège: Carlie, Sarah et Annie, et enfin les responsables du club débat Pyepoudre.
 
Défendre est devenu pour elle un art dont elle a déjà d'une parfaite maîtrise ; et si jamais elle avait à refaire l'expérience, aujourd'hui même, elle n’hésiterait pas outre mesure, nous a t-elle confié.
 
Thafaïna, une véritable héroïne ! 
 
Thafaina Saint-Louis
Thafaïna Saint-Louis est la meilleure débatteuse de ce tournoi. Plutôt cool de caractère, c'est dans le feu du tournoi qu'on se rend compte réellement de son vrai visage, de ses réelles capacités. Au moment des formations sur les techniques de débat, elle était la dernière sur qui l'on pouvait compter. Elle a avoué avoir fini par aimer le débat à cause des contre-interrogatoires. Ça l'amuse ! Oui, ça l'amuse de voir la tête que font les joueurs de l'équipe adverse. « J’adore tellement voir et mettre mes opposants dans l'embarras, comme pour les cloîtrer dans une cage ».
 
Quand elle pose des questions ou répond aux leurs, elle devient plus audacieuse que d'habitude. C'est dû à la puissance de sa voix, qui confond et stresse davantage l'adversaire. Pour elle, c'était plus qu'important que son équipe gagne. Dans le cas contraire, elle confesse qu'elle pourrait tomber malade. Malade, sans doute de voir partir en fumée son rêve, son espoir et sa fierté de montrer à tout le monde, tel un phare, que, elle aussi, pouvait briller.
 
Thafaïna, est l'une parmi les rares débatteuses à pouvoir élever son niveau d'un match à l'autre. C'est le prototype même d'une étoile filante. Au cours des cinq matches, les juges lui ont fait la même remarque : sa rapidité. Pourtant, c'est quelque chose de naturel en elle, qu'elle tente à peine de maîtriser. Toujours joyeuse, c'est un résumé d'elle. 
 
Être meilleure débatteuse est pour elle quelque chose de sublime, de grand. Tout comme ses coéquipières, elle croit que l'esprit d'équipe est la base de leur brillante performance. « Débattre, il n'y a pas plus beau ! » affirma t-elle avec conviction. Timidement elle commence, et après, ça arrive, ça marche, ça vient, et puis quoi, boom !!! Elle explose.



 
Jogly Estimé JEAN CHARLES
Responsable communication club debat Christ-Roi/Pyepoudre

Revu et modifié par Jean-Gérard Anis
Coordonnateur du Programme Initiative Jeunes
FOKAL
 


AUSSI Sur TapTap Magazine
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 21:46 Prezantasyn logo ofisyèl Akademi Kreyòl Ayisyen


Publicité







Facebook

Publicité