Connectez-vous S'inscrire
TapTapMag.com

Le Théâtre national se prépare pour la Carifesta


Notez
24 Juillet 2015

Dans le cadre d’une entrevue, Le National s’était rendu au Théâtre national. Le constat est que, là-bas, on fait des formations sur la danse, la musique, l’art de la scène. Et la grande scène se refait un visage. Car il est en chantier pour la grande manifestation culturelle « Carifesta » que le pays accueillera du 21 au 30 août 2015.



Dans le dialogue entre le directeur du Théâtre national, monsieur Yves Pénel, et le Le National, beaucoup de choses se sont dites. Il nous a fait savoir qu’il n’y a pas de Théâtre national en dehors d’une scène confortable et que tout théâtre, essentiellement, nécessite une scène. La loge du théâtre ainsi que son ameublement se doivent d’être mis au point. Il a mis l’accent sur la couverture de la scène, puisque, en cas de pluie, il ne pourrait y avoir de spectacle. C’est pourquoi, selon lui, l’urgence d’un parapet se fait sentir avant la grande réhabilitation de la toiture. « Il va y avoir  sur la scène le théâtre de la Martinique et le théâtre d’Haïti », a-t-il déclaré.

« Au cours de la Carifesta, le Théâtre national présentera des spectacles à Triomphe et aussi en son local. Il aura à présenter deux pièces de théâtre : « Haïti, une histoire » et « Le rêve de Simbia », qui sont déjà en préparation. Il est aussi responsable de toutes les autres  troupes qui auront à gravir le kiosque de cette manifestation culturelle. » Yves Pénel parle aussi d’une dizaine de troupes déjà choisies et qui ont déjà la programmation du festival. Il nous dit que le Théâtre national sera aussi présent dans les différentes mises en scène de la Carifesta. Le directeur ouvre une petite parenthèse sur un festival de folklore appelé Zacatecas qui aura lieu au Mexique du 26 juillet au 2 août où le Théâtre national aura à représenter Haïti, à travers des spectacles avec une vingtaine de gens, danseurs, tambourineurs, chanteurs.

« Quand on parle du Théâtre national, on ne parle pas du théâtre de Port-au-Prince. C’est pourquoi on travaille sur la déconcentration du Théâtre national dans la mesure où on est dans un processus d’implantation d’annexes dans d’autres villes du pays, et ce, suivant la demande du Président et du Premier ministre », a fait savoir l’intéressé. Il a ajouté qu’il y a une flopée de jeunes talents dans les villes de province qu’il faut prendre en compte et le processus commence déjà dans les villes comme les cayes, Cerca Carvajal, Cap-Haïtien, etc., où il y a des représentants, des agents envoyés dans ces lieux.  Monsieur Pénel nous parle d’un budget déposé qu’il souhaite qu’on prenne enfin en compte pour rendre effective la déconcentration du Théâtre national.

« Inauguré depuis 1986 après la chute des Duvalier par « La tragédie du roi Christophe » d’Aimé Césaire sous le nom de Théâtre national, cet organisme de valorisation du théâtre a existé depuis 1982. Il avait à cette époque le nom de Théâtre de verdure. Il n’avait pas l’ampleur qu’il a aujourd’hui. Il était surtout fait de jeux de cirques, d’animaux, etc. » Yves Pénel se remémore les années vertes du Théâtre national avec Lobo Dyabavadra, Hervé Denis, Zetok, Gérard Rezil qui étaient des formateurs et qui étaient là aussi lors de l’inauguration en 1986. Il nous parle d’une certaine dégradation du Théâtre national causée par des chocs, qu’ils soient écologiques, tel le séisme du 12 janvier 2010, et aussi des chocs liés aux individus eux-mêmes. Le directeur profite de l’occasion pour remercier le président Martelly d’avoir fait choix de lui pour assurer le renouvellement du Théâtre national. Monsieur Yves Pénel souhaite que la manifestation culturelle de la Carisfesta soit une totale réussite.

Carl-Henry PIERRE





AUSSI Sur TapTap Magazine
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:34 Adieu Black EZ !


Publicité







Facebook

Publicité