Connectez-vous S'inscrire
TapTapMag.com

La déclaration de Port-au-Prince, pour promouvoir la multidestination !


Notez
23 Mai 2015

La 58e réunion statutaire de la commission des Amériques, tenue à l’hôtel Karibe les 19, 20 et 21 mai 2015, a été l’occasion pour les différents pays de la région de discuter des différents problèmes auxquels est confrontée l’industrie touristique. Au terme de cette réunion, les vingt-deux délégations présentes ont signé, de façon unanime, la Déclaration de Port-au-Prince qui les encourage à entreprendre des actions concrètes afin de surmonter les obstacles qui limitent la croissance du tourisme.



Stephanie B Villedrouin, Ministre du tourisme
Stephanie B Villedrouin, Ministre du tourisme
Après deux jours de séminaire et de fructueuses discussions sur les opportunités multidestination pour l’intégration régionale, les participants, lors d’une réunion plénière, ont fini par se mettre d’accord sur un document commun : la Déclaration de Port-au-Prince. Selon la ministre haïtienne du Tourisme et des Industries créatives, Stéphanie Balmir Villedrouin, il s’agit d’un outil qui va servir de cadre de travail aux pays membres. La question de visa, d’infrastructures touristiques, de la sécurité et de loisir a été abordée au cours de cette réunion.

La Déclaration de Port-au-Prince n’est pas une imposition. Le constat est clair. Les problèmes sont connus de tous. La région fait face à un déficit énorme en ce qui a trait à la connectivité aérienne. Se basant sur cet état de choses, ce sont les membres eux-mêmes, sous le regard du secrétaire général de l’Organisation mondiale du tourisme, Taleb Rifai, et du directeur de la Commission des Amériques, Carlos Vogeler, qui se proposent de travailler afin de satisfaire ces exigences.

 

Le directeur de la commission des ameriques, Carlos Vogeler
Le directeur de la commission des ameriques, Carlos Vogeler
D’entrée de jeu, les parties signataires s’engagent à améliorer la connectivité aérienne afin de surmonter les obstacles qui limitent la croissance du tourisme ainsi que les facilitations de voyage. L’amélioration de la connectivité de l'air, avance-t-on, permet de faciliter le flux accru des touristes internationaux, générant ainsi la création d'emplois directs et indirects et des revenus de change qui auront un impact sur les économies nationales. Selon ce document, la coopération bilatérale et multilatérale sont à prendre en compte. Ce sont des mécanismes efficaces pour relever les principaux défis auxquels sont confrontés les produits liés au concept multidestination.

Par ailleurs, les parties prenantes proposent de renforcer et de mettre en œuvre un programme d'intégration régionale forte. Car la facilitation d’entrée des visiteurs dans la région des Amériques peut jouer un rôle clé dans la promotion de l'intégration régionale et du développement.

La construction de routes, d’aéroports contribuent non seulement au développement de produits multidestination, mais aussi à la communication entre les pays faisant partie du schéma d'intégration. Car, selon les conclusions des participants, cet outil est indispensable pour le tourisme. Dans cet ordre d’idées, ils parlent de la nécessité d'établir des mécanismes de partenariat public-privé qui permettent la création d’évènements internationaux susceptibles d’accroître l’attractivité de la région.

Les membres des différentes délégations n’ont pas caché leur enthousiasme après une telle réunion. Selon le secrétaire général de l’Organisation mondial du tourisme, c’est, poursuit-il, dans la région, l’une des réunions les plus réussies avec un nombre record de participants. Tout en promettant de soutenir le pays dans le processus de développement du secteur, M. Rifai félicite les autorités gouvernementales pour les progrès réalisés dans ce secteur au cours des quatre dernières années.

Le Nouvelliste


Publicité







Facebook

Publicité