Connectez-vous S'inscrire
TapTapMag.com

Jacmel / Art et Culture – La première promotion d’Audio Institute graduée


Notez
7 Juillet 2015

Accompagnés de l’un de leurs professeurs, le Marocain Léon Perez, trois des 29 étudiants finissants à Audio Institute, Eder Roméus, Rock Nickson et Johane Charles, ont rencontré la presse jacmélienne ce samedi 4 juillet 2015, pour non seulement lui présenter leur disque compact : Audio Institute Compilation, volume I, mais aussi parler d’Audio Institute.



Ce CD promotionnel est une compilation de treize tracks des travaux de fin d’études des pionniers, gradués le 27 juin dernier. « Avec ce CD, le public a la possibilité de nous découvrir comme professionnels du son et d’évaluer notre compétence », a commenté Rock Nickson.

Pour Léon Perez aussi, ce CD témoigne du niveau de dextérité et de professionnalisme de ces jeunes étudiants, à travers l’exploration d’une mosaïque de genres musicaux d’Haïti et du monde comme le racine, le hip-hop, le compas, etc.

Ces jeunes professionnels ont utilisé leurs talents dans le domaine de l’audio pour réaliser ce disque. Pour améliorer sa musicalité ils se sont fait accompagner d’artistes comme Steve Valcourt, T-Bas, Isabelle Clermont, Jean Roody. « Je suis fier de nos étudiants », se plaît à dire avec des yeux étincelants Léon Perez, qui a vanté la singularité du degré de musicalité des haïtiens.

Cette promotion est baptisée les « Pionniers » parce qu’elle est la première d’Audio Institute, l’unique école du pays spécialisée dans l’audio, selon Rock Nikson. Celui-ci a expliqué que, sur demande du public, son école compte commercialiser ce CD.

Les Pionniers ont intégré Audio Institute en 2013. Pendant deux ans,  ils ont reçu leurs cours tous les jours de 8 h à 17 h, parfois jusqu’à 21 h. Leur école les forme en enregistrement, mixage et mastering, mais avec des spécialisations en : son live, post production et en business de l’industrie musicale.

Les spécialistes en son live sont les ingénieurs de son que l’on rencontre ordinairement dans les grands évènements ; ceux de post production produisent des sons pour les films, les jeux vidéo, tandis que les promoteurs, les producteurs et les distributeurs, eux, sont des spécialistes en business de l’industrie musicale, selon Rock Nickson.

Audio Institute est très connue dans le monde. Ses étudiants n’auront pas de difficultés à intégrer le marché du travail, d’ailleurs avant leur graduation, l’école leur a offert la possibilité de travailler avec des pointus de l’industrie musicale haïtienne comme, Bélo, Émeline Michel, Beethovas Obas. Ils ont leur touche sur deux musiques du dernier CD de Kreyòl la.

« Depuis plusieurs jours, nous recevons à l’école des entrepreneurs, des professionnels dans le secteur du disque, de l’audio. Ils viennent ici évaluer les travaux de nos étudiants dans des perspectives de stages et d’emplois », a révélé Léon Perez, qui rêve pour les Pionniers leur intégration dans le secteur des jeux vidéo, le plus vaste et le plus lucratif.

Artists Institute

Audio Institute et Ciné Institute forment à eux deux, Artists Institute, cette grosse machine culturelle jacmélienne, qui forment des experts dans tous les domaines de l’industrie de l’audio-visuel et de l’audio.

Le célèbre Daniel Beaubrun de Boukman Eksperyans, dirige Audio Institute tandis que la partie ciné, elle, est sous la direction du trio David Belle, du New-Yorkais Andrew et de Paula Hyppolite. Situé  sur la cote de Mazarin, dans la plaine de Meyer à l’est de Jacmel, Artists Institute fait venir des spécialistes du monde audiovisuel et de l’audio de Hollywood, surtout, pour former au quotidien et gratuitement, des jeunes haïtiens venus de tout le pays.

« Audio Institute est financée par Artist For Peace and Justice, et We Are The World Foundation. Elle  a six studios d’enregistrement équipés d’appareils dernier cri. Chacun de ces studios coûte plusieurs centaines de milliers de dollars américains », a souligné Léon Perez.

Chaque année, ces deux écoles mettent sur le marché du travail de très bons cinéastes, caméramen, scénaristes, experts en mixage, en enregistrement, en mastering, etc. Avec une formation de niveau international et un diplôme ces jeunes ont un métier pour gagner leur vie.

« Jacmel peut être fière des fondateurs de cette école d’Art », ont commenté entre eux certains journalistes culturels présents à cette conférence de presse. Artists Institute est une initiative de l’Américain David Belle, encouragé, au début, par son ami jacmélien Patrick Nabal Boucard. Ses studios sont ouverts aux groupes du monde entier.

Jacmel et la culture

Audio et Ciné Institute renforcent les infrastructures culturelles de Jacmel. Cette ville est jusqu’à présent l’une des rares en Haïti disposant à la fois d’écoles en arts plastiques, en musique et cinéma et en son.

La musique

Pour se former en musique, les Haïtiens ont à Jacmel l’école de musique Dessaix Baptiste. Celle-ci procure à ses étudiants un niveau de formation de standard international. Ses professeurs sont parmi les meilleurs de Cuba, de France et d’Haïti, comme Edgar Depestre de Caribbean Sextet. Actuellement d’anciens élèves de cette école enseignent la musique dans des universités de Belgique, des États-Unis et de Mozambique.

 

La peinture 

Jacmel a une école de peinture, le Fosaj, une dizaine d’ateliers et le sacraïsme comme mouvement littéraire et artistique. Les artistes de ce foyer participent chaque année à de grandes expositions internationales aux États-Unis et en Europe. En 2011, les œuvres de plusieurs des artistes de Fosaj ont été exposées au Louvre, à Paris.

La danse

Grand Soleil, Explosion et Haiti Danse Compagny sont les trois écoles de danses folkloriques, latines et autres qui forment des jeunes à Jacmel.

Le théâtre et le livre

Jacmel n’a pas encore d’école de théâtre, cependant elle a plusieurs groupes comme Zantray, le Centre culturel Charles Moravia. Elle a cinq bibliothèques publiques et une maison d’éditions : Pulùcia.

Notons que le berceau de René Depestre possède au moins quatre salles de représentations : Ciné Théâtre Concorde, Dessaix Baptiste, l’amphithéâtre du Boulevard Pétion Bolivard et le Centre de Convention.



AUSSI Sur TapTap Magazine
< >

Mercredi 30 Novembre 2016 - 00:13 Rutshelle sur la terre de Mandela pour chanter Haïti


Publicité







Facebook

Publicité