Connectez-vous S'inscrire
TapTapMag.com

Haïti-Jeunes et Sentiment – L’amour chez les jeunes d’aujourd’hui


Notez
22 Juin 2015

De nos jours, le concept « amour » semble avoir une toute nouvelle connotation, chez les jeunes, que ce qu’il fut il y a trente ans de cela. Dans les bars, dans les familles, dans certains lieux publics…, ils sont plus d’un à se plaindre de cette nouvelle vision du sentiment amoureux.



Par comparaison aux générations précédentes, l’on ne peut plus nier ce brusque changement qui s’opère dans la vie amoureuse des jeunes d’aujourd’hui. L’on a comme l’impression que tout est lié aux conjonctures politiques du pays, et que, trente ans plus tard, nous sommes en train de vivre ce que l’on pourrait appeler une véritable « révolution » sur le plan sentimental, chambardant ainsi nos mœurs et nos us d’antan. Les plus conservateurs, les nostalgiques diront que nous nous convergeons tout droit vers l’effritement de nos valeurs, lesquelles constituaient, jadis, tout ce qui nous restait de dignité humaine.

 

Il n’est plus question aujourd’hui d’écrire des lettres ou des poèmes pour celui qui souhaite conquérir le cœur de sa dulcinée. Il sera vu comme un « mawozo », un pantin, le jeune qui envisage d’inviter sa copine à dîner, au cinéma ou à un quelconque endroit où ils profiteraient de bons moments d’intimité. Les bouquets de fleurs, les cartes de vœux, ne sont plus à l’ordre du jour, même durant les périodes de la Saint-Valentin. À entendre nos aînés, tout est pratiquement beaucoup plus facile qu’auparavant : « Autrefois, pour séduire une jeune femme, cela prenait des mois et même des années avant d’y parvenir, raconte, le visage empreint de nostalgie, un père de famille d’un certain âge. Et maintenant, un simple flirt de quelques heures suffit à satisfaire des désirs oh combien éphémères ! ». Sommes-nous plus habiles dans l’art de la séduction ? Pas certain que les réponses feront l’unanimité.

 

« Blòdè pa nan bese triye sa l’ jwenn li pran »

 

Ce slogan à succès était fredonné sur toutes les lèvres dans diverses régions du pays entre la fin de l’année 2010 et le début de l’année 2011. L’idée est de « jeter ses filets et de ramasser tout ce qui bouge ». L’essentiel, c’est d’éviter de rentrer bredouille. Cette conception des états des choses illustre quelque peu la perception qui fait croire que les jeunes sont davantage « pragmatiques » que « passionnés » dans leurs relations. Autant dire qu’il est fort difficile de trouver un couple de jeunes dont les fondements sont les fruits d’un amour vrai. Certains de ces couples ressemblent aujourd’hui à des magasins de « prêt-à-porter » où l’on essaye des vêtements à longueur de journée, pour finalement repartir les mains vides, accusant les prix.

 

L’endroit ne représente plus un obstacle pour les retrouvailles. Quand il n’y en a pas, l’on se crée un décor. « On s’aime partout », comme l’a si bien dit Fabien Marsaud (Grand Corps Malade). À l’école, à l’église, dans l’enceinte des universités (ce qui est très courant), au restaurant, chez des amis… D’autant plus que « l’amour a ses maisons que les parents ignorent ». Aussi la meilleure sanction que l’on peut infliger à son enfant, est-elle de l’empêcher de participer à un « after school zo-kiki », à un « ti sourit » ; car c’est là que tous les rêves se réalisent, que tous les projets se matérialisent, que tous les désirs sont satisfaits.

 

La « Génération Internet »

 

Avec l’avènement des nouvelles technologies, nos rapports avec le monde sont bouleversés, et particulièrement pour la nouvelle génération, celle que Jean-Claude Kaufmann – sociologue et chercheur au CNRS – appelle la « Génération Internet ». Ainsi, avec le pullulement des sites de rencontre, des réseaux sociaux, il est presqu’impossible d’imaginer un couple de jeunes sans que les amants ne disposent de l’un de ces comptes ; car, en lieu et place des promenades dominicales, des pique-niques…, c’est l’un des meilleurs outils de communication leur permettant de rester en contact en permanence. Pour certains, rien n’existe en dehors de Facebook ou de WhatsApp. C’est toute une nouvelle vie (virtuelle) qui commence pour eux, et tout se résume à cela : les selfies, les vidéos, les mentions « j’aime », les notes audio…

 

« Dis-moi quel est ton statut, et je te dirai qui tu es »

 

Célibataire ? En couple ? Marié (e) ? L’on se soigne à bien construire son profil. Et plus l’on est « disponible », plus l’on augmente ses chances. C’est l’occasion en or d’officialiser une relation. C’est peut-être également une stratégie pour alimenter des rumeurs (move siyal) ou de susciter des jalousies… qui sait ? Ce qui est sûr, ce genre de statut ne passe pas inaperçu. Aujourd’hui l’amour chez les jeunes se conçoit d’une tout autre manière.

Il faut croire que les temps changent, et forcément l’amour avec…



Publicité







Facebook

Publicité