Connectez-vous S'inscrire
TapTapMag.com

Gaëlle, la bien-aimée du stand up


Notez
13 Mars 2015

Les ladies remontent sur le plancher pour un nouveau stand up. Un show plus vrai que le premier, promettent-elles pour ce 15 mars au Karibe. Avant de lever le rideau sur le sketch de l’atelier Eclosion de Florence Jean-Louis Dupuy, Ticket a rencontré Gaëlle Bien-Aimé, la distinguée Comédienne de l’année 2014, qui s'est bien installée parmi les autres dames.



Gaëlle, la bien-aimée du stand up
 Rentrée de Belgique avec une maîtrise en
ethnodrame, théâtre et rituel, la carrière de Gaëlle
Bien-Aimé trouve réellement son élan en décembre
2012 avec le spectacle « Le genre et le nombre »
présenté à Le Villate. C’est à partir de là que Gaëlle a
scellé son avenir avec Florence Jean-Louis Dupuy,
invitée à assister son spectacle. Le jeune talent d’alors
n’avait l’habitude de voir Florence qu’à la télé, mais
elle a voulu que madame Eclosion la voie à l’œuvre.
Tentative réussie, dans les loges, Florence félicite
Gaëlle et lui chuchote : « Toi, on va travailler ensemble
! » Depuis la comédienne fait route avec Stand Up
Ladies, pour le meilleur de sa carrière.
Dès son entrée en scène avec « Mon mec est génial »,
Gaëlle a gagné le pari des personnages les plus
appréciés du women-show. Sur le plateau, elle fait
Les ladies remontent sur le plancher pour un nouveau stand up. Un show plus vrai que le premier, promettent-elles pour ce 15 mars au Karibe. Avant de lever le rideau sur le sketch de l’atelier Eclosion de Florence Jean-Louis Dupuy, Ticket a rencontré Gaëlle Bien-Aimé, la distinguée Comédienne de l’année 2014, qui s'est bien installée parmi les autres dames.
preuve d’une grande capacité à marier son dynamisme
avec son gestuel. Pour le nouveau spectacle, l’actrice
promet d’être au top. L’interaction qui manquait avec
l’assistance dans le coup d’essai est révisée pour
rendre les sketchs plus agréables à l’ambiance
improvisée, informe-t-elle, sans donner des détails sur
Stand Up Ladies #2.
« On a beaucoup bossé sur l’interaction, et cela devrait
apporter un plus, estime la comédienne qui collabore
aussi avec la Fokal dans des structures très
professionnelles. Cependant, on aurait aimé pouvoir
jouer davantage afin d’avoir l’habilité requise de le
laisser libre recours au public dans un niveau plus
avancé. Mais on se rend compte que le spectacle peut
échapper à notre contrôle au cas où quelqu’un se
mettrait à dire des blagues beaucoup plus
intéressantes que les nôtres. »
On sait que la bien-aimée de Stand Up Ladies jouera
deux sketchs à l’occasion. D’abord « Men bon boul »,
un script qui traite de son antipathie pour le football
que son père et son copain adorent. Ensuite, le hic et le
point d’orgue, « Merde… alors », qui parle de son p’tit
souci physiologique.
« Les gens peuvent préférer le premier stand up, mais
on doit continuer à produire nous autres. Et en dépit
de l’effort qu’on fait pour diversifier les scènes, on a
l’impression que le public ne retient que les infimes
parties qui parlent de sexe », regrette Gaëlle,
fondatrice de Corps et Âme, une plateforme
d’expression artistique qui évolue depuis dix ans.
Même quand elle n’écrit pas son sketch, Gaëlle pense
qu’il est important de s’approprier du texte en
changeant deux ou trois trucs. Une façon de mettre
son identité dessus afin de pouvoir mieux l’interpréter.
À côté des prestations de Stand Up Ladies, Gaëlle
travaille avec La comédienne Cynthia Laurent sur un
projet de spectacle. « 2 Women 1 Show » est le nom
retenu jusqu’alors par le duo. Avec une mine décidée,
Gaëlle envisage d’exploiter à fond ses talents d’artiste.
Elle n’attend pas désespérément qu’on vienne lui
ouvrir la porte, elle fonce et se crée des opportunités.
Comment ça se joue dans les coulisses…
On se demande d’abord comment Gaëlle a pu se
trouver une place parmi ses femmes mariées, avisées
et d’expérience pour la plupart. Ou encore comment
elle arrive à s’accoutumer avec les Ladies. « J’ai
travaille continuellement pour m’adapter », nous
répond-elle. Quelque peu réservée, la comédienne
résume comment elle s’y prend pour apprendre ce
qu’il faut apprendre et faire la sourde oreille si
nécessaire. « Durant les répétitions, je fais ce que j’ai à
faire. Certes, j’entends souvent les dames parler de
tout, même discuter de sujets qui n’ont rien à voir avec
la répétition, à ce moment je n’interfère pas trop dans
leurs conversations. Mais Myria nous fait tellement
rigoler, parfois on ne peut pas se passer de ses blagues
croustillantes. Sister M* prend le plaisir à nous jouer
des stand up dans les coulisses et ça nous fait marrer.
Quant à Cynthia qui était hystérique lorsque je l’ai
connue plus jeune, j’estime qu’elle est plus relaxée et
surtout est faite pour ce genre de métier. Bien qu’elle
nous revienne toujours épuisée par ses multiples
activités, dès qu’il s’agit de théâtre, Cynthia incarne
incroyablement ses rôles sans avoir à répéter tout le
temps. C’est une vraie actrice ; au moment où Florence
demande tel passage ou telle expression, elle est
dedans tout de suite. Donc c’est extraordinaire de voir
comme on s’entend bien sur scène et dans les coulisses
pour réussir le spectacle », raconte Gaëlle qui décrit
l’équipe Stand Up Ladies comme une palette de
couleurs. Leurs différences d’âge ou de caractère
jouent en leur faveur pour apporter plus d’éclat à leurs
sketchs, a-t-elle fait comprendre.
Une actrice née
« Revue de presse » décrit Gaëlle Bien-aimé une bulle
de délicatesse qui a fait ses premiers pas au Rex et au
Triomphe ; qu’elle s’est initiée au métier dès l’âge de
13 ans. Ses formations au Petit Conservatoire en Haïti
et au Conservatoire royal de Liège en Belgique ont
beaucoup renforcé son talent, etc. Mais à l’évidence, la
fille du cinéaste Jean Gardy Bien-Aimé campe un
personnage plus solide et bien plus que des diplômes
compilés lorsqu’elle monte sur scène. À travers ses
multiples représentations, Stand Up Ladies #1 à titre
d’exemple, on a découvert une Gaëlle pas comme les
autres. La comédienne se revêt de quelque chose de
plus grand que le talent et hérite d’un amour viscéral
pour l’art dramatique. Sur les planches, elle ne simule
pas, elle se donne. Dans le verbe et dans le geste,
l’enfant prodige maîtrise ce qu’elle fait. C’est une
actrice née. La passionnée ne veut pas qu’un autre
amour s’interpose entre elle et la scène. « Je ne sais
faire que ça et je ne veux faire que ça », précise-t-elle.
Formée par de très bons tuteurs, dont Daniel Marcelin
et Guy Régis Junior, l’artiste a développé des affinités
affectueuses pour le métier. Il est naturel que Gaëlle
ne joue pas avec le théâtre. C’est un travail à temps
plein dont elle s’est chargée pour divertir et
revendiquer.  
Féministe et militante résurgente
Depuis tantôt trois ans, Gaëlle Bien-aimé s’identifie
comme féministe et militante. Influence de sa très
bonne amie Pascale Solages qui s’est spécialisée dans
ce domaine en Belgique. La comédienne use dès lors
ses sketchs pour faire des plaidoyers sur l’équité des
genres. Elle croit fermement dans son travail de
sensibilisation. « J’ai toujours été féministe, mais je ne
me suis jamais engagée comme artiste à défendre
publiquement la cause des femmes. Pascale m’a
encouragée à m’y investir davantage », révèle Gaëlle
ponctuant avec soin qu’elle est une artiste féministe et
militante. Une nouvelle perspective qui présente sa
carrière en 3D.
 
Dimitry Nader Orisma
TICKET MAGAZINE

 


AUSSI Sur TapTap Magazine
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 21:46 Prezantasyn logo ofisyèl Akademi Kreyòl Ayisyen


Publicité







Facebook

Publicité