Connectez-vous S'inscrire
TapTapMag.com

« Faire du tourisme un vecteur de croissance économique »


Notez
17 Mars 2015

Tous émus, mais surtout heureux de boucler en fanfare un cycle de formation de deux ans à l’Institut de formation en hôtellerie et en tourisme (IFORHT), soixante onze jeunes, dont certains travaillaient déjà, sont venus désormais s’ « asseoir au sein de la grande famille qu’est le tourisme » et sont appelés à « apporter leur grain de sel au développement touristique du Sud ».



La ministre du Tourisme, Stéphanie B. Villedrouin
La ministre du Tourisme, Stéphanie B. Villedrouin
Au regard des perspectives de développement touristique du Sud, il est impossible de penser à s’y prendre sans des ressources humaines qualifiées. En effet, le ministère du Tourisme et des Industries créatives (MTIC), aidé de ses partenaires, semble l’avoir compris comme l’a insinué Stéphanie B. Villedrouin. « Parce que le Sud, avec les Cayes en pleine mutation, exprimait depuis très longtemps déjà les potentialités touristiques pour un grand bassin d’emplois et d’activités, il fallait une institution de formation en tourisme capable de répondre à une offre extrêmement diversifiée dans le domaine de la restauration, de l’hôtellerie. » À Faugasse, aux Cayes, ce dimanche, dans le jardin de la direction départementale du Tourisme dans le Sud, hommes d’affaires, politiques… sont réunis pour contempler, deux ans après, le fruit de cet investissement. Ce sont des filles, des garçons élégamment vêtus tout de rouge qui ont reçu chacun leur parchemin. Déterminée dans son combat visant à « replacer Haïti sur la carte touristique mondiale », la jeune ministre Villedrouin a indiqué que les portes de l’IFORHT restent ouvertes aux gradués par l’ouverture d’autres cours de langues, de pâtisserie. « Ces formations complémentaires vont vous permettre d’élargir vos connaissances et de vous ouvrir d’autres opportunités d’emplois », leur a-t-elle dit, motivée à « faire du tourisme un vecteur de croissance économique ». Avec cette première cohorte de gradués, formés entre autres, en administration hôtelière, au service de la restauration, la directrice départementale du Tourisme du Sud, Karine Condé Emeran, croit, comme d’autres avant elle, que la « qualité de l’hôtellerie et de la restauration s’améliorera. » Avec bien d’autres projets dans sa besace, dont celui de la revalorisation de Gelée, Karine Condé Emeran a promis tout son accompagnement aux impétrants, avant de les appeler à faire preuve de professionnalisme et d’innovation tout au long de leur parcours. « Le tourisme est la plus grande industrie mondiale », a lâché le parrain des gradués, Richard Buteau, comme pour leur dire qu’ « ils ont fait le choix du futur ». Richard Buteau, grand magnat du secteur hôtelier de son état, s’est mis à égréner des chiffres. Il y a 1 milliard de touristes mondiaux avec un taux de croissance de 5% l’an. Dans ce marché, la République dominicaine, pour la région des Caraïbes remporte la palme avec 4.5 millions de touristes l’an. Cuba suit avec 2.8 millions. Eu égard à tout cela, Richard Buteau pense que « nous avons beaucoup de chemin à parcourir. » « Mais sans des ressources humaines qualifiées, sans des gens dédiés au métier, pas de développement touristique », a soutenu l’homme d’affaires qui souligne la nécessité que les jeunes se mettent en symbiose pour monter des entreprises, s’alignant du coup sur la position de la ministre Villedrouin qui a rappelé aux gradués « de faire de tout site, de chaque plage, de chaque espace de découverte... un lieu de creation, de prestation de services pour les visiteurs ». Au demeurant, ces jeunes pourraient continuer tout au moins à compter sur le partenariat noué entre l’IFORHT et les grandes entreprises méridionales, comme l’a laissé entendre le journaliste Valéry Numa, représentant du secteur hôtelier dans la région. « L’école doit constituer une source inépuisable pour le secteur touristique », a plaidé le propriétaire de « Le recul hôtel », convaincu que les retombées de cet investissement vont rejaillir sur l’aspect qualitatif des prestations de services qu’ils (les hôteliers) auront à offrir au niveau du Sud – lequel devrait être « le point de départ dans la lutte pour rendre l’industrie touristique haïtienne plus compétitive sur le marché caraibéen ».

La directrice départementale du Tourisme du Sud, Karine Condé Emeran
La directrice départementale du Tourisme du Sud, Karine Condé Emeran

Le parrain de la promotion, Richard Buteau
Le parrain de la promotion, Richard Buteau


Les gradués, en arrière-plan, posant avec la directrice du Tourisme dans le Sud, la ministre du Tourisme et leur parrain
Les gradués, en arrière-plan, posant avec la directrice du Tourisme dans le Sud, la ministre du Tourisme et leur parrain


Publicité







Facebook

Publicité