Connectez-vous S'inscrire
TapTapMag.com

Biographie de Master Dji


Notez
14 Mai 2015



George Lys Herard (30 Mai, 1961—21 Mai, 1994), connu à priori sous le nom populaire de Master Dji, était l’un des premiers rappeurs et artistes Hip-Hop en Haïti. Dj du groupe “Haiti Rap’ N Ragga”, Master Dji est considéré comme le père du rap/hip-hop créole.

La première chanson rap créole de Master Dji (1982) fut intitulée « Vakans ». Quelques années plus tard (fin des années 80) il sorti son premier album « Master Dji ».
 

Master Dji se fit une renommé dès le début de sa carrière artistique suite à la sortie de son album « Master Dji », qui pour beaucoup demeure l’un des meilleurs albums Hip-Hop créole de tous les temps. A travers cet album, Master Dji s’imposa comme l’un des artistes haïtiens aux textes les plus profonds, introduisant sa signature qui se voulait poétique.
 

Master Dji était également un animateur à la Radio Métropole et à Tropic FM. Pionnier de l’industrie de la musique haïtienne, il créa un genre musical jamais entendu auparavant. Grâce à ses œuvres musicales, la génération de son époque put hériter d’un nouveau style de musique brisant les frontières entre le rara, rasin, konpa et reggae, les genres musicaux les plus à la mode à l’époque. Master Dji maitrisait ainsi « l’art de parler aux jeunes », et à travers ses musiques, il profitait à chaque occasion de les éduquer.
 

Le Hip-Hop n’était guère populaire à l’époque, qui plus est, la société en avait une mauvaise perception. Quoi qu’il en soit, Master Dji arriva à faire jouer ces tubes par certaines stations de radio. Il était versatile ; qu’il s’agisse du Français, de l’Anglais ou du Créole, il s’arrangeait toujours pour faire « flamber » son micro. La maîtrise de ces trois langues lui permit d’atteindre des publics de différentes couches sociales. Pas étonnant que la renommé de Master Dji fit son parcours à l’extérieur du pays. En fait, il fut l’un des rares MC dont les morceaux furent joués plus de 12 heures sur des stations de radio africaine.
 

Le tube “Tann pou tann” de Master Dji reçu le premier prix du concours annuel de films Africains-Haïtiens organisé du 27 avril au 7 mai 1995 par les « Disques Hibiscus » avec la participation la chaîne télévisée « MusiquePlus ». Le clip vidéo avait été réalisé par Master Dji lui-même avec la collaboration de Jean-Pierre Grasset. Le jury du concours et Ralph boney décidèrent de remettre à Master Dji le premier prix en honneur du travail colossale qu’il réalisa comme premier rappeur haïtien, visionnaire, père du hip-hop créole et pionnier de clips vidéos de musique caribéenne depuis 1985.
 

Son deuxième album intitulé « Politik pam » fut relâché en 1990 sous la bannière de « Bwa patat records ». Son troisième album « Match la rèd » fut réalisé avec la participation de son groupe “Haiti Rap’ N Ragga” et cette fois-ci sortie sous l’étiquette de Declic Communication in france.
 

Son quatrième album, avec son nouveau groupe “Maximum Respect” fut relâché sous « Cross over records » en Floride. Maximum Respect était le dernier projet de Master Dji avant de partir pour l’au-delà.
 

Master Dji fut le plus grand MC Haïtien. Il était visionnaire. Il créa un genre nouveau dans un milieu où les gens n’étaient même pas habitués au hip-hop. La communauté haïtienne n’avait aucune idée de cette nouvelle tendance mais quand même Master Dji arriva à la faire accepter. Il était également impliqué dans la politique, comme on peut s’apercevoir dans plusieurs textes de ses chansons. Master Dji demeure une légende pour tout vrais fans et puristes du rap/hip-hop créole.
 

Source: www.rapkreyol.org



AUSSI Sur TapTap Magazine
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:34 Adieu Black EZ !


Publicité







Facebook

Publicité