Connectez-vous S'inscrire
TapTapMag.com

Ba l bannann nan, Bobin fil, Je suis Haïti : le carnaval étatique


Notez
1 Février 2016

J’aime Haïti cours élémentaires : le législateur fait les lois le président chef du pouvoir exécutif fait exécuter les lois... Je n’aime pas Haïti cours élémentaires le législateur oublie les lois s’amuse en faisant son carnaval tous les ans et aujourd’hui le président aussi peut s’inviter la fête.



Ba l bannann nan, Bobin fil, Je suis Haïti : le carnaval étatique
Voilà notre pays en 2016, on est parvenu au point d’ignorer aujourd’hui qui fait quoi, qui peut faire quoi, qui peut penser à faire quoi puisqu’il fait toujours nuit dans notre pays et que nous sommes tous des chats. si cela fait de nous le pays le plus spécial qui soit rien ne le fera, un pays avec dix millions de chanteurs pour chaque carnaval un pays ou le sénateur de la république a son band et attend d’avoir son char, après tout quand on fait une meringue c’est le moins qu’on puisse espérer. Ajoutons aussi que la meringue en question i.e. “ Bobine fil” de Brothers posse, la bande au sénateur de l’ouest Don Kato, ne dit pas trop de bien du président et cela pourrait lui couter une place au parcours mais “koze chèf ak chèf se mistè” on n’en sait rien.
 
On ne saura pas non plus pourquoi le député de Marchand s’obstine tant à vouloir jouer un rôle dans la saga carnavalesque, comme si on manquait de pion pour le faire dans le commun des mortels, avec son groupe de toujours il chante être Haïti mais surtout il chante être musicien avant tout au diable le pays qui dégringole à pique, l’heure n’est plus à la réflexion mais a la bonne musique et aux slogans. Une situation qui pousse à réfléchir entre le micro et le dicton et c’est là l’annonce d’une catastrophe.
 
En effet un président de la république qui invite un peuple ou des gens de ce peuple à prendre une banane et l’introduire là ou ce peuple ou ces gens du peuple n’aimeraient pas l’avoir, est l’image même de la catastrophe, du déclin des institutions phares du pays; si aujourd’hui l’Etat s’amuse comme bon lui semble cela en dit long sur nos prochaines années si on ne pense pas à mettre une fin à la rigolade Etatique, à qui la faute ? Au peuple, bien sûr; car il est connu qu’un coq ça chante toujours avant le lever du soleil qu’il ne faut pas le mettre sur notre lit mais dans la cour.
 
Levly Byenneme




Publicité







Facebook

Publicité