Connectez-vous S'inscrire
TapTapMag.com

BIOGRAPHIE DU MUSICIEN BEETHOVA OBAS


Notez
24 Août 2016

Beethova Obas est né à Port au Prince (Haïti) le 25 mars 1964. Il est le deuxième d’une fratrie de cinq garçons. Leur père Charles Obas est musicien et artiste peintre renommé. Passionné de Beethoven il prénomme son fils Beethova.




A cette période Haïti vit sous la terrible dictature de François Duvalier, et Charles Obas est un ennemi de la répression  contraint de se taire comme tous ceux qui tiennent à leur vie.  Mais en 1969 un cousin de Charles Obas est fusillé par les tontons macoutes (milice privée) du dictateur, sous prétexte de tentative de coup d’état.  Pour Charles Obas c’en est trop.  Il se rend au palais national, demande à voir François Duvalier qui connaissait personnellement l’artiste et possédait plusieurs toiles de ce dernier. Sans ménagement Charles Obas traite le président d’assassin, il est aussitôt arrêté et torturé. On ignore la date de sa mort, on ne le reverra plus et sa dépouille ne sera jamais rendue à la famille.

La famille Obas est traquée, les enfants grandissent dans  la peur, l’attente  et l’espoir qu’un jour leur père reviendra. La mère éduque ses enfants dans la dignité et l’amour, elle est emportée par un cancer, alors que Beethova est âgé de dix-sept ans et le benjamin 12 ans.

Très vite Beethova a une conscience aigue  de ses responsabilités face à ses frères. Dans le journal de son père, il découvre que son père souhaitait qu’il devienne chanteur ! Son prénom est-il prémonitoire ? Beethova adore la musique depuis sa plus tendre enfance, il chantait debout sur les tables de son école maternelle.
Alors, lorsqu’il devient lauréat du Concours Découvertes 88, il sait qu’il pourra bientôt dénoncer en filigrane les abus et les injustices que son pays a subit durant 30 ans de dictature acharnée.

Sa musique devient le symbole de la douceur et de la sérénité. Entre douceur et amertume, richesse et pauvreté, il dénonce l’injustice sans agressivité, mais franchement. Impossible de ne pas s’accrocher à la puissance de ses phrases, à la couleur  des mots, à la subtilité de ses jeux de mots. Jamais les sentiments de haine, de rancœur ou de vengeance ne l’ont habité, en dépit de la disparition tragique de son père.
Beethova  donnerait cher pour que l’humanité dépose à jamais les armes, détruise les frontières et parsème la planète de respect et d’amour, inculquant aux générations futures les valeurs qui conduisent à la  Paix…

Grâce à son vécu multiculturel il a capté l’âme africaine de la musique, en exploitant  son folklore.

 

Son premier album « Le chant de liberté », sort en 1990. Il est dédié à son père…
Très vite sa notoriété  dépasse les frontières de la Caraïbe.   Son album « Si… » atteint les sommets et se fredonne même en Europe.

Suivront les albums « Pa Prese ! » ( Prends ton temps), contenant le célèbre titre « Couleur Café » de Gainsbourg, à la saveur puissante et corsée par l’adaptation de Beethova.
« Planèt la », (La planète) est un chef d’œuvre ! Moins connu parce que peu distribué, en Europe. Avant-gardiste, Beethova y chante l’importance de protection de la planète.
La sérénité de l’artiste grandit au fil des ans. « Kèm Poze » traduisez « Je suis serein » vient confirmer un style qui désormais est la signature de Beethova : Le CUBHABRA, mélange subtil de saveurs CUBaines, de rythmes HAïtiens et d’accords BRésiliens.

Ses tournées de plus en plus fréquentes le mènent successivement dans tous les territoires francophones, dont les Antilles françaises, puis la France,  le Canada, la Belgique et la Suisse;  suivront : les  Etats-Unis où il a longtemps vécu, la Tunisie et le Japon.

Ni du genre pressé, ni enivré par le succès, pour Beethova, chaque chose prend toute sa mesure. Chaque événement ou changement  survenu dans son pays le touche particulièrement, l’orientant vers une réflexion artistique dont lui seul possède le secret.

En 1988, il gagne le concours American Airlines, et le titre Lagé-l interprété par son frère Emmanuel, également chanteur, devient un hymne populaire.  Cette même année il est lauréat du concours DECOUVERTES 88 de Radio France Internationale.
En 1989, à Curaçao, Beethova reçoit le prix de l’International WORLD TROUBADOUR FESTIVAL.
1990, son album « Le chant de liberté » se maintient en première position sur les ondes des radios haïtiennes.

Il effectue une tournée internationale avec le célèbre groupe martiniquais  Malavoi en 1992.  Les musiciens, subjugués par l’une de ses compositions  NOU PA MOUN, l’invitent à participer à la  réalisation et à la tournée mondiale  de l’album MATEBIS.
En 1994, son album SI… confirme son talent.
Il se produit aux principaux festivals, tels le Printemps de Bourges, de la Rochelle ainsi qu’aux Francofolies.
A deux reprises il partagera la scène avec  Césaria Evora.
1999,  « Planèt la » voit le jour. Dans le titre, « Nèg Kongo » on retrouve un sublime duo avec son frère Emmanuel.
Puis s’enchaînent les tournées, avec un concert mémorable au festival de Lincoln Center en 2000. Le New-York Times lui rendra un vibrant hommage. Au printemps 2001, le public de la Seine Saint-Denis à Paris l’applaudit  dans le cadre du dix-huitième anniversaire du festival Banlieues Bleues. C’est en ces mêmes lieux qu’il dirigera le Chœur des Ateliers des Banlieues Bleues et son album « Planèt la » sera classé dans la discographie sélective du festival.

2003, Kèm Poze fait parler une fois de plus de Beethova. Tous les titres dénoncent en filigranes, qui, une situation politique larvée, qui, une insécurité évidente, sans compter la dérision ironique des écoles primaires, secondaires, « adultaires ! » (pour adultes !). Une fois de plus, il revient sur la dégradation environnementale, dont la conscience n’est hélas, pas universelle.

En 2006 il est nommé Ambassadeur de la Paix par l’OEA (Organisation des Etats Américains).  En musique il propose à tous les haïtiens de se tourner vers l’avenir  avec le single Gad Devan, (Regarde devant).

De pays en continents, de concerts en tournées, Beethova  sème des étoiles de bonheur. En quête d’absolu,  la chaleur de sa voix chante l’Homme dans sa pluralité. Il répète que la vie est miracle, et que maternité rime avec amour. Lorsqu’il scrute l’horizon de tous les sols qu’il a foulés, lorsqu’il songe à son parcours, aux rêves éveillés d’un monde pluriculturel enfin uni, son cœur fredonne un refrain intérieur : « Bravo Manman ! » Hommage à sa mère dans son prochain album.

La naissance de sa fille Brayna lui imprime un nouveau rythme ; il découvre et savoure les joies de la paternité.  Il prend le temps de vivre en famille, mais la musique fait partie de son quotidien.
Maturité  aidant,  il est de plus en plus exigeant avec lui même. Voilà qui explique le temps qu’il prend pour peaufiner son prochain album. On y humera le CUBAHABRA,  bien sûr et on y dégustera  une panoplie de nouvelles senteurs…
En bref, l’album portera l’empreinte du 21ième siècle, résolument tourné vers le FUTUR !

Un Best Of reprend les titres les plus en vogue de ses vingt-deux ans carrière. Le choix des titre s’est fait majoritairement via internet par les fans et amateurs.

 

Après le séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010, Beethova et sa femme Dominique s’engagent avec détermination, dans les initiatives en vue de la reconstruction de son pays. Ensemble, ils gèrent l’ association IFF (Investment For the Future).

Toujours dans le cadre de la préparation de son album, Beethova enregistre les violons en Pologne, avec l’orchestre philarmonique de Wroclaw. Un grand moment d’émotion. Les Polonais sont touchés par le drame qui vient de frapper Haïti et une conférence de presse est rapidement organisée par le maire de la ville, invitant Beethova à mettre en exergue les liens séculaires, historiques et musicaux qui unissent la Pologne à Haïti.

Le 18 janvier, dans le quotidien Libération, Beethova rend hommage à son pays, dans un article intitulé « Non, tu n’es pas maudite ».
http://www.liberation.fr/monde/0101614447-non-tu-n-es-pas-maudite

Le 21 janvier il est l’invité du « Grand Journal de Canal + », et partage le plateau avec Jamel Debouzze.
Le 24 janvier, Beethova Obas et son frère Emmanuel sont les invités d’honneur de Jamel Debouzze sur la scène du Bataclan. Les fonds récoltés sont reversés intégralement à Haïti.   Il fait partie des 50 artistes invités dans le cadre de l’exceptionnel concert de solidarité en direct du Zénith de Paris, organisé par France 2 et France Inter en association avec le Ministère de la Culture et de la Communication.

Concert au Bataclan
http://www.france24.com/fr/20100124-bataclan-artistes-r-unis-jamel-debbouze-font-f-te-ha-ti

Concert Intégral « Pour Haïti » diffusé sur France 2
http://ma-tvideo.france2.fr/video/iLyROoafICvd.html

Beethova Obas participe à l’émission « Internationales » de TV5Monde et de RFI.
http://www.tv5.org/TV5Site/internationales/emission-13-Internationales.htm?epi_id=0&video=http://www.viewontv.com/tv5/metas/internationales/internationales_240110_8.asx

Le 2 février 2010, Beethova Obas  est l’invité d’honneur du concert de soutien aux victimes du séisme d’Haïti, organisé par la mairie du 15e arrondissement de Paris. Sont également présents Philippe Lavil et Emmanuel Obas.
http://www.dailymotion.com/video/xc96lx_concert-de-soutient-aux-victimes-du_music

A l’initiative du Kery James, un clip vidéo  « Désolé » réuni de nombreuses célébrités de la chanson, de la télé, du cinéma.  Beethova Obas y est également invité.

10 février, soirée-concert exceptionnelle, en Belgique : LIEGE AIDE HAITI avec la participation de Beethova Obas comme invité d’honneur.

Le 21 février 2010, à Bruxelles, Beethova est présent au concert de soutien organisé par Ewa/Une Œuvre pour Haïti. Les fonds sont reversés au profit des musiciens haïtiens sinistrés. Concert en collaboration avec des artistes belges, haïtiens et d’ailleurs au Botanique.
http://www.botanique.be/cgi?usr=w5mjfb4gmy&lg=fr&pag=877&tab=111&rec=1644&frm=350&par=secorig873&id=5453&flux=28173545

Le 27 mars 2010, à Bruxelles un concert privé réunit Beethova avec son frère Emmanuel Obas comme invité. Les fonds sont versés à l’association IFF (Investment For the Future).

Concert en Allemagne à Francfort, le 28 mars, toujours dans le cadre de l’aide à Haïti.

Les 25 et 26 mai 2010, Beethova se produit sur la scène de l’Atrium en Martinique dans le cadre du concert intitulé « En Arpège pour Haïti ». Une chorale d’enfants accompagne Beethova en interprétant différents titres de son répertoire.

Le 3 juin à Washington, il est invité par l’InterAction Forum, une ONG (Organisation Non Gouvernementale) travaillant dans de nombreux pays de la planète, dont Haïti.
Fin juin il se produit en Guyane, en juillet à New York et le 23 octobre il est invité à Miami dans le cadre d’une collecte de fonds pour une école de province en Haïti.

Un single Lavi (La vie) a vu le jour peu après le séisme. Les bénéfices sont versés à l’association.

Le dessin de la pochette du CD a été réalisé par un élève de l’ECOLE PARC SCHUMAN.

Merci à Monsieur Moussebois le directeur ainsi qu’aux élèves de quatrième année primaire qui se sont investis depuis janvier 2010... Plus d'infos Cliquez


AUSSI Sur TapTap Magazine
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 21:46 Prezantasyn logo ofisyèl Akademi Kreyòl Ayisyen


Publicité







Facebook

Publicité