Connectez-vous S'inscrire
TapTapMag.com

Au-delà de l’horreur de la déportation


Notez
19 Juin 2015

Voici ce que Emma pense de toute cette histoire de déportations d'immigrants d'origine haïtienne en République Dominicaine.



Des migrants, majoritairement haïtiens montrent à des officiers leurs documents pour régulariser leur situation en République dominicaine, le 16 juin 2015 à Saint Domingue.  ©AP Photo/Tatiana Fernandez
Des migrants, majoritairement haïtiens montrent à des officiers leurs documents pour régulariser leur situation en République dominicaine, le 16 juin 2015 à Saint Domingue. ©AP Photo/Tatiana Fernandez
J’ai fait le tour du spectre des émotions face à l’imminence de la déportation des immigrants et fils d’immigrants d’origine haïtienne en République Dominicaine. D’abord,  je voguais en plein déni de la réalité. Je ne voulais pas concevoir cette éventualité, j’espérais un revirement de la situation. Puis, j’ai ri des réactions de nos dirigeants et de l’opinion publique en général. Mon rire était sarcastique, malsain, il se voulait moqueur, dénigrant mais aussi salvateur. Je voulais tout ressentir sauf la douleur devant inévitablement découler de mon acceptation des faits. J’avais envie de crier à la face du monde que j’avais vu ce moment venir. Je voulais leur réciter toute la morale de fables de Lafontaine qui me venaient à l’esprit. Certains internautes devaient ressentir la même chose car j’ai lu dans plusieurs commentaires la phrase suivante : « Vous chantiez ? j’en suis fort aise. Eh bien! dansez maintenant.  »
Dans le registre d’émotions inappropriées, je ressentais quelque chose proche de la satisfaction sans l’être. Nous allions enfin arriver au bout du périple. On parlait de cette déportation depuis des mois. On allait enfin en finir une fois pour toute. Qu’elle nous écrase ou qu’on le contourne, il n’y aura désormais plus d’épée de Damoclès au-dessus de nos têtes. Entre ce sentiment et d’autres, au cœur de ce marasme, je me sens en terrain familier. En quelque sorte, je savais qu’on allait en arriver là, je le craignais, je l’appréhendais, je priais pour qu’on l’évite mais je savais au fond que nous avions faux sur toute la ligne dans notre gestion de la crie haïtiano-dominicaine. Les dominicains n’ont pas raison mais ce n’est pas parce qu’ils sont les méchant de l’histoire que nous devons rejeter notre part de responsabilité : celle de ne pas construire un pays où à défaut de faire bon vivre ,  il n’y a pas chez tous un besoin de  fuir à tout prix.
Aujourd’hui nous sommes confrontés à la réalité. Nos craintes prennent forme. Nous sommes impuissants face à l’horreur. Et je suis là, abattue, cherchant désespérément une issue. Tous les réseaux sociaux sont envahis d’images, d’articles et de commentaires. Nous sommes pris de court. Mais je ressens malgré moi une énergie nouvelle. Je ressens de nouvelles émotions. Et si nous pouvions affronter cette éventualité cauchemardesque ? Je suis certaine que même face au mur, il nous reste plein de possibilités. Nous pouvons aller au-delà de l’horreur.
Que faire de 250 000 êtres humains ? Nous sommes haïtiens, ils sont nos frères. Nous pouvons échanger des idées, élaborer un plan d’urgence et donner au monde une belle leçon d’humanité. Nous sommes plus forts que nos malheurs et nous l’avons démontré tant de fois. Nous pouvons partir de cette énième crise pour atteindre un nouvel idéal de peuple, pour repenser notre nation. Au-delà de l’horreur, il y a la possibilité de créer de nouveaux modèles de développement communautaire et de reconstruction nationale. Rassemblons nos frères de divers horizons, d’ici et d’ailleurs pour un dialogue constructif. Décrétons l’urgence de nous unir et de rebâtir la nation avec ces fils si injustement abandonnés. Collectons des fonds, accueillons avec amour et espoir nos frères et sœur déportés. Faisons preuve d’humanité, de créativité, de solidarité et de compétence. Surmontons cette épreuve de trop.

 


Publicité







Facebook

Publicité