Connectez-vous S'inscrire
TapTapMag.com

Alcool: le risque d’AVC augmente dès 2 ou 3 verres par jour


Notez
30 Novembre 2016

À consommation égale, les femmes ont plus de risques d’hémorragie cérébrale que les hommes.



L’idée qu’une consommation modérée d’alcool puisse avoir un effet protecteur sur le cerveau, comme c’est le cas pour le cœur, n’est pas nouvelle. Cependant, les données scientifiques étaient jusqu’ici assez discordantes. L’étude que viennent de publier dans BioMed Central des chercheurs de l’université de Cambridge (Grande-Bretagne) et de l’institut Karolinska (Suède) pourrait bien fournir une explication qui mette tout le monde d’accord, car tenant compte des différents types d’accidents vasculaires cérébraux (AVC).

L’AVC peut être lié soit à la rupture d’une artère du cerveau (hémorragie cérébrale), soit à une obstruction artérielle (ischémique). C’est un événement redoutable quel que soit l’âge auquel il survient. D’une part, parce qu’il est souvent fatal: l’AVC est la troisième cause de mortalité en France, derrière les cancers et les infarctus du myocarde. D’autre part, parce qu’il peut laisser des séquelles fonctionnelles aux survivants: les AVC représentent ainsi la première cause de handicap acquis (paralysie des membres, trouble de la parole, difficulté à déglutir, etc.)


«L’incidence annuelle (taux de nouveaux cas, NDLR) des AVC augmente d’un facteur 100 entre l’âge de 50 ans et l’âge de 80 ans» 

Les chercheurs anglo-suédois ont donc colligé 27 études prospectives statistiquement solides qui faisaient la distinction entre les différents types d’AVC. Ils ont ajouté les données d’une étude suédoise menée depuis une douzaine d’années sur plus de 73000 adultes. La méta-analyse ainsi constituée montre qu’une consommation quotidienne modérée d’alcool, jusqu’à deux verres (dose standard), était associée à une réduction du risque d’AVC ischémique, mais ne l’était pas avec d’autres types d’AVC, notamment hémorragiques. En revanche, le tableau s’assombrissait pour ceux qui consommaient davantage: le risque d’AVC ischémique comme celui d’AVC hémorragique augmentait. Mais c’est surtout le risque hémorragique qui grimpait en flèche, de + 25% pour trois ou quatre verres par jour à + 67% pour cinq verres et plus. Les augmentations étant respectivement de + 8% et + 14% pour le risque ischémique.

À consommation égale, l’accroissement du risque est plus important pour les femmes que pour les hommes: en effet, les femmes voient leur risque d’AVC augmenter au-delà de un verre par jour, tandis que c’est le cas au-delà de deux verres pour les hommes.

Selon une étude publiée en 2012 dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), 800.000 personnes ont déjà fait un AVC dont 500.000 en gardent des séquelles. L’alcool n’est pas seul en cause: le vieillissement est un facteur de risque majeur. «L’incidence annuelle (taux de nouveaux cas, NDLR) des AVC augmente d’un facteur 100 entre l’âge de 50 ans et l’âge de 80 ans», notaient le Pr Yannick Béjot et l’équipe du registre des AVC de la ville de Dijon, en mars dernier, dans un autre BEH.

L’augmentation observée chez les moins de 55 ans de l’incidence des AVC ischémiques (et des infarctus du myocarde pour des raisons similaires) est par ailleurs inquiétante, même s’ils ne représentent que 10 % des cas totaux d’AVC. Pour eux, c’est souvent le tabac qui est en cause.



AUSSI Sur TapTap Magazine
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 08:58 VOUS POUVEZ SURMONTER LA TENTATION


Publicité







Facebook

Publicité